Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 11:44

 

Pour les fêtes, certains d'entre vous ont pu avoir l'idée merveilleuse, bien que saugrenue, d'acheter un disque de musique classique comme cadeau (on peut rêver), voire des places de concerts pour l'année prochaine (on peut carrément rêver d'utopies), et de se demander : «mais quel interprète choisir ? Il y a tant de choix, ils ont l'air de tous jouer si bien, ha là là, diantre, ce n'est point facile que de s'y retrouver dans ce domaine si élitiste et cul-pincé fait pour les grands bourgeois friqués !»

 

Hé bien, je dis «Halte-là !»

 

(C'est une figure de rhétorique. En vrai, j'ai rien dit du tout, c'est juste pour gagner du temps afin de pousser le chat qui s'obstine à marcher sur le bureau - et conséquemment, dangereusement près du clavier, et de reprendre une gorgée de thé. Mais bref. Poursuivons.)

 

mmmh… gnagnagna «Halte là !»

 

Et rajouté-je : «Il suffit !»

 

Et surenchéré-je : «Cela ne peut point perdurer ainsi !»

 

(Oui, le chat a insisté)

 

Car, si les plus sous-doués d'entre vous, et Dieu sait s'ils sont nombreux, seraient sans doute capable de mentionner "Yéhoudi Ménouine" si on leur demandait de citer un violoniste célèbre (et je signale tout de suite que ceux qui ont pensé "Yéhoudi Merde" sont virés de ce blog sans sommation), qu'en est-il de la jeune génération de violonistes  - oui, parce que, je signale que le grand Yehudi est décédé le 12 mars 1999, ce qui, paraît-il, est un assez bon critère pour ne plus être considéré comme faisant partie de la jeune génération - ?

Qui sont les prodiges actuels qui font tourner les têtes et chavirer les cœurs du monde entier ? Enfin, des élitistes cul-pincés de bourgeois friqués du monde entier ?

 

Permettez-moi de vous présenter deux de mes préférés parmi, donc, les violonistes de la jeune génération (ceux qui ne sont pas morts en 1999). 

Une fille, un garçon, pour la parité. Bien entendu, il y en a des tas d'autres de très bien (Hilary Hahn, Julia Fischer, Franck Peter Zimmermann,  Joshua Bell…), mais bon, ces deux-là, je vous les recommande chaudement, un peu comme les bonnes adresses de restaurants.

 

À tout seigneur tout honneur : commençons par Leonidas Kavakos.

 

Alors, Leonidas, c'est d'abord un extra-terrestre improbable. 

Loin des brushing markétés et des sourires extra-brite, voilà que débarque un grec (un feignant, donc), nanti d'un prénom de chocolat belge et d'un look syldave (en costard).

 

TinTin---King-Ottokars-Sceptre_19.jpg

 

 

104342.jpg

 

La facette "jeune" génération ne saute pas aux yeux de prime abord, il faut bien le concéder.

Sauf que, côté violon, ça donne initialement ça :

 


Leonidas kavakos caprice paganini n5 par mattkaso

 

Et là, malgré la qualité d'enregistrement pas très bonne, on entend quand même vaguement que ça envoie du pâté.

 

Alors, attention, des violonistes qui déboulent des notes à toute vitesse, il y en a plein les conservatoires. Mais à ce point de précision et de facilité apparente, déjà moins. Beaucoup moins. Carrément moins.

 

Toutefois, me direz-vous, les parades de singe savant, c'est bien gentil, c'est impressionnant tout ça, mais enfin la musique de bourgeois cul-pincés et friqués, ça se limite pas à ça, quand même ?

 

Et vous aurez raison ; c'est là que tout se joue. Kavakos se sert de sa technique hallucinante non pas pour épater les gonzesses, mais pour devenir un Maitre Yoda du violon. Quand, au milieu du concerto, il se met sur la pointe des pieds, ou esquisse des mouvements de tête, c'est que vraiment ça va chier.

 

Et, magiquement, sa précision chirurgicale alliée à une sonorité concentrée comme un laser n'est jamais froide, mais tellement disponible, tellement au service de la composition jouée, sans artifice, que ça en provoque une intensité fascinante. Non seulement chaque note étonne l'un après l'autre parce qu'on se demande comment un être humain peut tirer des sons pareils d'une caisse en bois, mais en plus voilà un des rares interprètes qui sait faire ressortir la structure entière d'une composition, un peu comme ces cartes topographiques en 3D qui font ressortir le relief.

Arthez_IGN_carte.jpg

 

Et finalement, soit par ses agents, soit par sa copine, ou alors parce qu'il a finalement opté pour l'épatage de gonzesses, quelqu'un ou quelque chose a réussi à le convaincre d'adopter un look carrément beau gosse, alliant petites lunettes intello et barbe de trois jours style mâle-attitude Kevin Klein - exit le look syldave.

 

SLSOSexAppeal460px.jpg

 

 

 

Et alors, ça donne ça :

 

 

Kavakos joue le concerto n°2 de Bartok sur medici.tv (sur la page, cliquez directement sur le programme à droite ; vous n'aurez qu'un extrait de musique avant que medici vous demande de vous inscrire gratuitement - juste un mail et mot de passe)

 

 

 Enrico Pace, piano

 

 

Passons maintenant à la suivante, j'ai nommé : Janine Jansen, la néerlandaise.

Alors, vous allez me dire, "ouais, arrêêêête Djac, ça va, arrête tes histoires, c'est juste parce que c'est un peu comme si Natalie Portman jouait du violon, hein, quoi".

janinejansen6.jpg

 

Alors là, pas dchu ftout. Duch touft. Du tout.

Bon, oui, d'accord, elle est jolie, et on peut regretter un marketing musical peu imaginatif piochant dans les gros clichés pour fabriquer de l'imagerie typiquement élitistes cul-pincés de bourgeois friqués : 

 

l.jpg

 

Mais, d'abord, pour sa défense, c'est une tendance lourde qui semble devenu passage obligé dès qu'il s'agit de faire la promotion de musiciennes - il faut qu'elles fassent du mannequinat pour promettre de la belle musique, apparemment (exemples pris au hasard) :

 

julia-fischer-1282152722-view-0.jpg

(Julia Fischer)

 

16637934.jpg

0825646640454_600.jpg

 

(Héléne Grimaud)

lise-de-la-salle-136321_thumb_585x795.jpeg

(Lise de la Salle)

 

sol-gabetta_ipv2.jpg

Sol-Gabetta-3.jpg

(Sol Gabetta)

 

u0822186050217.jpg

(Anne Gastinel)

 

natalie_dessay1.jpg

(Natalie Dessay)

 

Angela-Gheorgui.jpg

(Andrea Gheorghiu)

 AlisonBalsom2.jpg

(Alison Balsom. Oui, même la trompette devient glamour. merci au collègue qui me l'a signalé !)

 

Et puis, Janine (je peux vous appeler Janine ?) paraît infiniment plus naturelle, simple et joviale à l'interview :

 

 

Et puis, bon, surtout, elle JOUE, quoi.

 

Cette fois, on quitte l'ascétisme transcendantal et universaliste de Kavakos, pour un jeu plus terrestre, rond, chaleureux, incarné, voire bouillonnant - quoique d'une maîtrise parfaitement maîtrisée, oserais-je dire, chaque inflexion musicale étant traduite en place, vitesse, pression d'archet avec une précision d'horlogerie.

 

Après, il y a deux sortes de violonistes qui bougent : 

- ceux qui prennent des poses, lancent des regards habités, profondément habités, lourdement habités, qui se contorsionnent sans rapport apparent avec le flot musical mais ça fait classe, et qui finissent systématiquement les traits difficiles dans des poses de matamore. Tout semble indiquer qu'ils sont en contact direct avec les Dieux, et qu'ils ne font que retranscrire, oh très modestement bien sûr, ce qu'Ils lui dictent. 

Bizarrement, allez savoir pourquoi, on finit assez vite par s'en battre un peu les roubignolles, de ce que leur dictent les Dieux - si vous me pardonnez cette expression d'apparence bassement triviale, mais qui sonne si généreusement et sent bon les cigales et le cassoulet dès qu'on y ajoute plantureusement un opulent asseng du Sud-Est (les rrRrrrroubignôôll-euu).

 

- ceux qui accompagnent corporellement les moindres inflexions du discours musical, qu'ils habitent comme un acteur, quitte à adopter passagèrement des mimiques nettement moins glamour que sur les pochettes de disque (mais plus authentiques, fatalement).

3154350583.jpg

 

Jaja (je peux t'appeler Jaja ?) fait assurément partie de la seconde catégorie.

Et voilà donc ce que ça donne : 

 

Frankfurt Radio Symphony Orchestra, Paavo Järvi direction

 

Deutsche Radio Philarmonie, Christoph Poppen direction

 

Radio Philarmonish Orkest, Mark Elder direction

 

Itamar Golan, piano

 

Bref, si vous voulez entendre du beau violon, n'hésitez pas, vous ne serez pas déçu par ces deux-là - mais plutôt hypnotisés. Et, je vous assure, je vous garantis, je vous promets : même si vous n'êtes pas des élitistes cul-pincé de bourgeois friqués. La musique n'a rien à voir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

more information 15/07/2014 14:02

I agree with the article with the full heart that I really am surprised and at the same time experienced these facts that are told in the article. Hearing a violin that is read beautifully is like being hypnotized.

helene 24/04/2012 18:10


merci pour vos articles !


dans la série jeunes violonistes, j'ai découvert récemment patricia kopatchinskaja fabuleuse dans le concerto de Tchaïkovski : http://www.youtube.com/watch?v=pbRCYlm3oCY


je vous recommande de l'ecouter et de la voir jusqu'au bout, un gtand moment !

DM 12/02/2012 11:24


C'est intéressant, ces images... Dans le monde de la guitare rock « technique » (j'entends là jouer en solo des choses un peu délicates), on parle parfois de la « guitar face » (la mimique que
fait l'instrumentiste pendant les passages délicats). Je ne savais pas qu'il y avait la « violin face », sans doute effectivement parce que ça n'a rien de glamour...

klari 23/01/2012 16:49


Andrea Gheorghiu ? "Andrea", c'est ton dernier mot ;-p ? (Tu confondrais pas avec Bocelli ?)

elihah 21/01/2012 08:58


"dès qu'il s'agit de faire la promotion de musiciennes - il faut qu'elles fassent du mannequinat pour promettre de la belle musique, apparemment"


ha tu as remarqué, hein?


Bon tu sais ce qu'il te reste à faire....

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)