Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 15:26
    Voici un deuxième exercice d'entraînement du cerveau droit, suite à ce premier exercice.
    C'est donc le quatrième mouvement du Vol des Oiseaux, duo pour altos composé par moi-même, alors déverrouillez les écoutilles, et racontez-moi donc ce que cela vous évoque, sans passer par la case analyse :


    Tristan D. - alto1, Djac B. - alto 2 (enrgt : Mélie F.)
    Écouter le troisième mouvement
    Écouter le cinquième mouvement

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rachel 08/12/2008 22:46

 Alors, tout d abord j aime beaucoup le sons de l alto ( moi même jouant de l alto, ayant succombé à ses charmes ), je voulais surtout dire ce que m évoquait le 4e mouvement ( qui est mon pref !) : le son très ample et les nombreux silences me font penser aux montagnes ( me demandez pas pourquoi ), cela évoque aussi une certaine paix, on à l impression de planer ; d autre part les nombreuses dissonances évoquent un peu les tortures de l âme ( oui peu être un peu trop profonde l analyse, ou attendue ! ) bref  cette musique raconte une histoire : j imagine comme un personnage à qui il arriverait pleins de choses ( c est effectivement très précis ) et donc cette musique ( qui est la votre ) raconterait l histoire de ce petit personnage, raconterait ses péripéthies, ses pensées et ses états d âme. voilà je n ai fait que dire ce que cela m évoquait et je me dois de vous féliciter pour votre musique, ( après que valent mes félicitations, je pense, pas grand chose !) en tout cas votre musique m a plu ! voilà et bien bonne continuation et encore bravo !                                                              Une altiste

Djac Baweur 01/03/2007 00:55

>Clémence : hontamoa ! J'étais passé à côté de ton joli commentaire... C'est une belle image.

>Kinishao : touché ! :o)

>Brendufat : en fait, on est tous pétri de codes musicaux, appris inconsciemment. J'en avais déjà parlé une fois, en commentaire, c'est ce qui fait que les musiques de films sont efficaces, en se servant de ces codes. Quand on cherche à créer de la musique pour "l'art pur" on va dire, certains font le choix de rester collé à ces codes, mais dans ce cas ça donne de la musique vite oubliée parce que déjà datée avant même d'être écrite ; d'autres optent pour la radicalité et bannissent toute référence aux anciens codes, et ça donne plutôt des œuvres dans lesquelles on est complètement perdu et où on décroche. Les grands compositeurs sont ceux qui arrivent à inventer de nouveaux codes, mais en gardant une certaine référence au anciens. Debussy, Bartok, Stravinsky ont inventé des rhétoriques musicales qui font partie désormais de notre inconscient collectif musical, et qui n'existaient pas auparavant, tout en s'inspirant de leurs aînés et en s'inscrivant dans un processus de passerelle entre l'avant et l'après.
Ainsi, il y a certains accords, certains enchaînements, des manières de conduire le rythme, qui, plus ou moins, vont conduire plutôt à tels types de sentiments, ou à tels autres, avec évidemment des variations individuelles, mais qui resteront autour d'un même pôle.
Ces codes musicaux agissent des symboles sonores, dont certains sont très anciens. Par exemple, depuis la renaissance, le mode majeur a une connotation gaie, voire victorieuse, et le mode mineur des consonances tristes ou nostalgiques : c'est purement artificiel, et pourtant ça marche encore parfaitement aujourd'hui !

brendufat (qui s'y colle à son tour) 28/02/2007 23:59

Promis-juré, je n'ai pas (re)lu vos commentaires avant d'écouter.  Les ressemblances indiquent seulement que la musique de Djac est très parlante et/ou que nous sommes tous faits pareils ...-----------------------Une attente inquiète et, peut-être, déçue. Au début c'était dans le registre "alors,il va se lever ou pas, ce soleil ? Mais rien ne presse, après tout."Plus tard ça s'est reformulé en "mais qu'est-ce qu'elle fabrique ? J'en ai tant à lui dire"Les deux se rejoignant pour conclure  "bon, c'est pas le bon jour - mais ça valait la peine d'attendre, même pour rien".Je suis sans doute trop verbal pour être vraiment sensible à la musique, mais rien n'empêche de s'obstiner.

Kinishao 28/02/2007 22:28

Très joli mouvement, très expressif ... ça me fait penser au monolgue d'un amoureux éploré par moments ...

Anna 19/02/2007 11:43

Jusqu'ici je crois bien que c'est mon mouvement préféré, quelque chose de dous...

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)