Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 15:24
    Ayé !
    Je l'ai retrouvé !
    Je ne vous ferai pas le détail des basses et odieuses manœuvres qu'il m'a fallu consentir pour obtenir le précieux document, mais ouf, l'essentiel est là.
    Voici donc le premier mouvement du Vol des Oiseaux. Après le troisième, je sais. Je vous merde.

    Profitons-en plutôt pour mettre en branle le côté droit de notre encéphale (il n'attend que ça, le petit coquin).

    Je m'explique : constatant que peu d'entre vous ose tenter d'exprimer leur ressenti à l'écoute d'une musique dite «classique», que ce soit par exemple pour Stravinsky, les musiques de la Renaissance ou pour ma mienne composition, je me dis que, sans doute, on peut y déceler là, au moins en partie, le résultat de l'effet contraignant de toute une éducation scolaire primant l'analyse et la compréhension intellectuelle, et tenant pour négligeable, ou ne sachant traiter, l'imaginaire et l'émotion.
    Ajouté à cela d'autres raisons, entre autres sa confiscation par les classes bourgeoises, la musique dite classique apparaît alors à beaucoup comme une sorte de relique sacrée mystérieuse, qu'il faut garder à distance avec effacement et circonspection, et qu'on détache et qu'on distingue de tout ressenti personnel, parce que certain au fond de soi d'être fatalement dans l'erreur - quelle horreur ! - parce que n'y connaissant rien et gnagnagna.

     Au lieu de quoi il faudrait découvrir qu'en soi est tapi suffisamment d'imaginaire pour être déclenché par la musique, et qu'en cela des trésors subtils dorment cachés au fond de nos caves encéphalliques, qui ne demandent qu'à s'exprimer.
    Alors que je faisais part de mon désarroi à ce propos à une des hautes autorités culturelles et intellectuelles de ce pays, celle-ci me répondit : «hé oui, on néglige notre cerveau droit».

    Alors, ami(e)s lecteurs(trices), entraînons dès aujourd'hui nos cerveaux droits, retrouvons sans honte un peu de spontanéité enfantine, et auscultons un peu ce que l'on ressent en écoutant des musiques différentes du ron-ron quotidien qui peuple les radios et télévisions françaises, en dépassant la seule appréciation du «ça bouge bien», qui, si elle est certes agréable et non négligeable, n'est malgré tout pas l'alpha et l'oméga de l'art musical, tant il est vrai que l'imagination humaine englobe un spectre bien plus large de gammes d'émotions possibles.

    Je propose donc ce premier exercice d'entraînement du bulbe dextre, en vous invitant à explorer, puis exprimer, sans honte ni tabous, ce que la chose suivante fait réagir en vous, en positif comme en négatif, allez allez, zou, faites pas les timidous :


Djac B. - alto 1, Tristan D. - alto 2 (enrgt : Mélie F.)
Écouter le deuxième mouvement

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pas avant 7 heures 26/02/2007 01:04

et hop un commentaire de plus.ben moi, ce 1er mouvement il m\\\'a paru comme ce blog : plein de grandes et belles choses, et zoup une petite pirouette pour terminer, histoire de ne pas se prendre au sérieux.(et merci pour http://www.keepingscore.org/flash/beethoven/index.htmlje n\\\'avais encore jamais réussi à suivre une partition de symphonie.)

Djac Baweur 25/02/2007 13:04

>Kinishao : vision originale ! des élans successsifs qui n'aboutissent pas, je vois ce que tu ressens...
Moi, j'entends que ces élans sont des sortes de sursauts d'énergie, qui entretiennent une tension : chacun son truc !! :o))

Kinishao 25/02/2007 12:13

Alors ... ça me fait penser à un gros plan sur 2 ou 3 marches d'un escalier en fer qui brille, avec une sorte de cascade qui coule sur ces marches, et quelque chose ou quelqu'un qui essaie de monter et qui retombe à chaque fois ...

Ardalia 31/01/2007 11:32

Bon, évidemment, la fin de mon commentaire (très drôle à écrire hein!), je me voyais remettre en place ma fraise, ma guimpe, et soulever -pas trop haut- les baleines de mon vertugadin pour aller te dénoncer aux hautes autorités inquisitoriales, le chignon tout froufroutant d'indignation... Surtout après m'être rendue compte que j'avais souillé ma pensée avec un mot si vil que "orgasmique"!!(Rhoooo...) Mais je maintient exalté par contre, ça c'est du ferme. C'est le printemps on court-plane à moitié au dessus d'un champ de fleurs multicolore, c'est le pied total. En un mot heu-reux.Eh ben... ça me rajeunit pas tout ça.

Anna 31/01/2007 09:46

Ou un poivron ?

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)