Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 01:06
    (Voir ici le Chaspitre Précésdent)

  Ç
a discuta ferme autour du rocher.
    Chacun y alla de sa méthode infaillible anti-Troll, les uns à coup d'enfumage, les autres à base de Nutella, d'autres encore proposèrent d'enivrer la bête au côte du rhône.
    Car l'avertissement du tavernier restait dans toutes les mémoires : un Troll, ça fait du yoyo avec des bloc de pierre au petit déjeuner. Fallait y aller avec circonspection («avec qui ?», demanda Sev ; à la suite de quoi elle dut expliquer longuement à Bouboul que c'était une plaisanterie, mais il resta au fond persuadé qu'elle était quand même un peu analphabète).

    Grautarin, lassé des débats interminables («ça tchatche, ça tchatche, bande de tapettes d'intello»), partit en reconnaissance, pour revenir en courant quelques minutes plus tard fou de joie : «hé, les gars, les gars, j'ai trouvé des madriers, J'AI TROUVÉ DES MADRIERS !»
    Essoufflé, il s'arrêta devant l'assemblée, rayonnant, et dit :
    «J'ai... j'ai trouvé des madriers ! »

    Les regards se tournèrent vers lui, dans le silence le plus complet ; puis, on perçu nettement un ou deux longs soupirs, et on en revint au débat :
    «Oui, bon, si on l'enfume d'accord, mais il me semble qu'à ce moment là, il serait plus judicieux d'utiliser du bois de Chêne pédonculé, réputé pour sa...
    - Ha ha, alors là, je t'arrête tout de suite, c'est des feuilles d'Arbousier de Schyphre, pour faire de la fumée, alors là tout ce que tu veux !
    - Ouaiiis, bien sûûûûr, et tu le trouves où, ton Arbousier de Schyphre, gros malin ?
    - Ben, à Schyphre !
    - Et quelqu'un aurait une compétence climatologie ? Non, parce qu'il faudrait étudier le sens du vent, ainsi que sa force, si on veut que la fumée soit...
    - Mais je vous assure que le Chêne pédonculé...»

    Bouboul, lassé des débats interminables («ça papote, ça papote, bande de tarlouzes d'intello»), partit en reconnaissance, en réussissant à emmener Axi avec lui, pour revenir en courant quelques minutes plus tard fou de joie : «hé, les gars, les gars, j'ai trouvé une cheminée, J'AI TROUVÉ UNE CHEMINÉE !»
    Essoufflé, il s'arrêta devant l'assemblée, rayonnant, et dit :
    «J'ai... j'ai trouvé une cheminée !»

    Cette fois, il n'y eut ni regards, ni soupirs, car le débat continua de plus belle :
    «On pourrait prendre un seau plein de Nutella, qu'on relirait à une corde, avec une poulie, et là on construirait une machine, avec des engrenages, pour qu'au moment où la porte s'ouvre, le bœuf tire sur la corde, et au signal, on déplace le rocher avec les madriers, et c'est à ce moment que toi tu dis bonjour au Troll et que tu lui serres la main, pendant ce temps...
    - Mmmmh, ouais, pas mal, ça se tient, ça a l'air plausible ton truc...
    - Mais on pourrait faire le voyage à Schyphre, et après...»

    Finalement, Ardalia décida du plan, tout fut mis au point avec une précision d'horloge : et tout se passerait au petit matin...

    Ce qui força, bien entendu, nos héros à passer la nuit dehors, détail qui a toute son importance quand on se situe à la fin de l'hiver. Nos héros, après avoir grelotté toute la nuit, n'étaient pas bien frais au petit matin, quand Ardalia réveilla les troupes. [Tout le monde est crevé, ça fait 7PV en moins chacun ; d'autre part, Brendufat et Grautarin, vous avez chopé la crève - moins 7PV supplémentaires -, et Axi tu as un peu de fièvre, genre 38° - moins 12 PV au lieu de 7 -. Quant à Arbobo et les zazous, vous avez la gorge qui piquote un peu, faudra me surveiller ça et bien mettre vos petites laines, hein. Et Lelf hifi, Anna, Messoda et Dosh, vous vous êtes fait piqué par une bestiole, ça gratte.
    Au passage, je devrais pas vous le dire, mais comme c'est la nuit que le Troll sort, et que vous vous êtes endormis à 300 mètres de l'entrée de sa caverne, on a frôlé la catastrophe. Heureusement pour vous, Dudule est un peu balloné ces temps-ci, et il est vite rentré chez lui se faire sa tisane de Tilleul - oui, il fait tremper l'arbre dans sa tasse.]


    Tout le monde se mit en place.
    L'ambiance était tendu, insoutenable.
    Tous savaient qu'ils n'avaient probablement qu'une seule chance.
    Les regards étaient durs, froids et déterminés.
    Comme des pompiers face au feu, ils étaient beaux dans leur peur*.

    Au signal d'Ardalia, Mebzz attaqua à la harpe celtique le riff terrible de Un long Caravansérail est en train d'Avancer des frères Doubi, Tippie et Lelf hifi enchaînèrent avec les percus (en tapant comme des forcenées sur les madriers), Clèm quenelf exprima toute sa sexytude en enchaînant impro au mélodica et chant funky, alors que dans le même temps, Grautarin entamait avec un terrible Ô Tannebaum (qui ressemblait toutefois plutôt à Ô Taddebaub - snirfl), et que Messoda piquait sans vergogne les fesses de Madonna avec une brindille effilée.
    Le résultat sonore, quoique incongru, sembla tout à fait efficace, Ardalia esquissa un sourire satisfait et cruel.
    Mais, alors, que Grautarin, inquiet, partait maintenant sur Stille nacht heilige nacht (prononcez «dacht»), que Messoda devait, dans le doute, réitérer sa manœuvre, et que Mebzz, préoccupée, devait enchaîner sur le célèbre les Damoiselles bien Gaulées de Jeannot Andriksse, suivie au poil par ses comparses, Ardalia sentit une goutte de sueur perler sur son front, et toute la charge de chef retomba sur ses épaules :
    «Me... Me serais-je trompée ?»

    Heureusement, un frisson vient vite à la parcourir et à la pétrifier : de derrière la porte se fit entendre un abominable : wwaaoaoouUUUUUUOOoooiauuurgh (*putain fait chier c'est quoi ce bordel, merde !*)
    La surprise passée, nos héros, s'entre-regardèrent, troublés par une légère et indéfinissable impression de déjà-vu.
    Mais bientôt, accompagnée par des relents abominables à faire pâlir un poissonnier spécialisé dans la morue, la porte s'ouvrit, et apparut une sorte de grand truc, un machin, heuu, énorme quoi, une chose grosse pourvu de bras et de jambes, un Troll, quoi. Qui gueula :
    wwaaaaoooOOOUUUUuuururrrgh (*non mais ça va bien ! C'est l'heure de se coucher, là, ho ! Je vous rappelle que le syndic de propriété interdit le tapage diurne à partir de 6 heures du mat'*)

    Mais, tout ensommeillé qu'il était, il ne vit pas la longue traîne blonde tendue à ses pieds, et légèrement tremblotante (car BaF et Les zazous, qui, de l'autre côté, tirait sur la natte pour la tendre, n'en menaient pas large), et s'étala de tout son long (c'est dire !) [Ce faisant il perd 40PV. Pour votre information, il en a 500 - enfin 460, maintenant -, et c'est un Troll pas trop costaud...]
    Furibard, Dudule s'emporta :
    wwwwaaaoooOOOOOooaaauurgh (*Mais putain, il se passe quoi ce matin, on a vraiment décidé de me faire chier aujourd'hui, c'est pas possible*)

    Alors que Tippie entonnait à plein poumon, avec l'énergie du désespoir, l'Internationale (un standard ancien, qui venait du lointain Est, air qu'avait popularisé Vladilitch and the coco's band), que Mebzz grattait frénétiquement de folles embardées d'Eysydissy sur sa harpe, que Grautarin s'époumonait dans Heidi Heido à toute vitesse, que Messoda, à force de stimuli au postère asinien, manquait de se prendre une ruade de la pauvre Madonna (mais qui était d'une efficacité redoutable, au moins autant que Grautarin), et que Lelf hifi bandait son petit arc en tremblant (non sans avoir dûment vérifié, grâce à sa compétence et dans un réflexe assez étrange, que sa flèche ne renfermait pas de trucs magiques louches - notez que le contraire eût été étonnant), Dudule se releva péniblement, et dit :
    wwwaaaoooOOOouuaurhhhh (*Mais c'est quoi là ces glandus, non mais je rêve, attends voir je vais te me les farcir, moi*)
    Et il entreprit de se diriger, à pas lents et comptés, vers la bande de musicos, qui attendit que le Troll soit suffisamment éloigné de la porte, laissée grande ouverte, pour commencer à reculer sagement, tout en hurlant à qui mieux-mieux.
   
    C'est alors que BaF et Les zazous se relevèrent, vite rejointes par Anna, Axi et Bouboul, pour entrer en bravant vaillamment l'odeur épouvantable qui régnait dans la grande caverne. Ils furent agréablement surpris par la déco, somme toute assez coquette (il y avait une table de la surface du salon d'Anna, avec un joli napperon brodé, sur lequel était posé une marmite contenant un cerisier en fleur, et puis des reproductions de biches couchées dans des sous-bois automnaux sur les parois), mais il faut avouer qu'ils n'avaient pas trop le temps de visiter.
    De leur côté, Arbobo, Brendufat, Dosh, Majorette, Grautarin, Sev et Ardalia, se précipitèrent vers le Troll, sans trop savoir quoi faire, mais bien décidé à le faire quand même.

    Et...

Alors, qu'est-ce vous faisez ?



[Le petit mot du MJ :

    Bilan du Sescond Chaspitre :
1 PE pour Arbobo qui s'occupe bien de son âne, bon p'tit gars, ça ;
1 PE pour Ardalia, qui a bien assumé son rôle de chef ;
2 PC pour Tippie, je l'avais annoncé, faire remarquer les fautes d'orthographe devant tout le monde, c'est pas joli-joli ;
2 PC pour Bouboul, plus de deux propositions au MJ entre deux commentaires, j'avais prévenu ;
1 PE pour BaF, le Front de Libération de l'Homme et de la Femme Barbare, voilà une noble idée, et pis surtout ça m'a bien fait marrer ;
1 PC pour Sev, pasque l'ironie facile, ça va bien deux minutes, là, hein, avec les *à ras de terre* et gnagnagna ;
1 PE pour Clèm quenelf, pasque j'ai bien rigolé quand elle s'essaie à chanter l'internationale en même temps que de souffler dans le mélodica.

    >BaF : non, ta tresse n'est pas naturellement magique, il faudra la faire ensorceler par un mage si tu as un jour l'occasion - et les pèzes, probablement.

    Sinon, j'admire votre propension à émettre des suggestions, vous pratiquez la démocratie participative, c'est bien ; mais, autant pour les décisions de groupe, comme décider d'une stratégie collective par exemple, c'est effectivement bienvenue, autant n'oubliez pas que vous avez votre libre arbitre, et qu'il faudrait prendre des décisions fermes de temps en temps, quitte à se prendre un gadin. Ainsi, des fois, au lieu de dire «et si moi, je faisais ça, qu'est-ce que vous en pensez ?», osez dire «moi, je fais ça !», tant que ça entre dans la logique du groupe - ou pas, d'ailleurs, à vous de vous expliquer avec votre chef et vos coéquipiers après, ça ça me concerne pas...
    Là, par exemple, vous êtes en pleine panade, vous avez intérêt à prendre des initiatives, parce que le groupe est séparé, et le temps manque, donc pas de possibilité de prendre des décisions collectives - en sous-groupes à la rigueur, mais bon.
    Quel suspens, hein ? ]

*Oui, c'est du Desproges.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

despelegua 05/04/2007 09:16

jyfuuthhfyggghtfjtfhhyftgèètgèt

Djac Baweur 25/01/2007 22:54

>Majorette : héééélas, j'étais côté couloir...
bon, et pis j'ai pas dormi tout le temps, parce que dehors c'était recouvert de neige, un ^peu comme en hiver, quoi, et c'était très zouli ! :o)

majorette 25/01/2007 13:21

après relecture: "le roupillon" et "je vois ça de près", c'est mieux...

majorette 25/01/2007 13:20

Et prends une bonne écharpe bien moelleuse à rouler en boule pour s'en faire une oreiller, le manteau en couverture et c'est parti pour te roupillon du siècle!Et je te souhaite de ne pas avoir trop de retard avec les pb de verglas et de neige qu'il y a en ce moment. (je prends le train tous les jours, je vois ça de prêt)
Avec tous ces bons conseils, je n'ai toujours pas le droit à mes moutons? même un seul qui soit un peu boîteux... S'il te pléééééé

Anna 25/01/2007 13:12

Alors n'oublie pas tes bouchons d'oreille, Grand Mamamouchi, c'est beaucoup le bruit qui fatigue. :-)

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)