Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 20:33
    Pour une fois, je ne vais pas vous prendre la tête avec de la musique.
    Rassurez-vous, je vais quand même vous prendre la tête. Ha bah, je ne peux décemment pas déroger à mes pulsions sadiques ni décevoir vos envies masochistes.

    Je vais vous parler d'un truc horrible, monstrueux.
    Le genre de truc qui fait fuir les gens comme des lapins apeurés, les yeux révulsés, l'écume aux lèvres, poussant des cris de cochon qu'on égorge. Oui oui, un lapin qui pousse des cris de cochon (c'est pour l'image).
    Un truc tellement affreux, que vous feriez bien d'avoir un téléphone à portée de main, pour être en mesure de prévenir les secours en cas de défaillance.
    La peste, ou la lèpre, à côté, ne sont qu'aimable plaisanterie.
    Un tour de Space Mountain est un agréable moment tout en douceur en comparaison.
    Vous êtes prêt ?
    Il est encore temps de rebrousser chemin, hein ? De cliquer pour fermer la fenêtre, et pour vite-vite retrouver des sites rassurants pleins de fleurs et de jolis mots reposants comme, ouvrez les guillemets avec des gants Mapa (pasque c'est visqueux et ça dégouline) : «qu'importe de quoi parlent les lèvres lorsqu'on écoute les coeurs se répondre» (authentique).

    Non ?
    Vous restez ?
    Vous voulez affronter la bête ?

    OK, vous l'aurez voulu.
    Je vous aurais prévenu.

    Donc, je vais vous parler d'une démonstration mathématique.
    OK OK CALME CAAAAALME on respire on respire, prenez un verre d'eau, làààààà, tranquille, ouvrez-lui le col, aérez la pièce, vite une aspirine, quinze ccl de dichlorate de permanganate de triphénil de perlinpinpin oxygénée, on intube, faites-moi un scan, on respiiiiire, zen, hhhhhhhhhh, pffffffffff, hhhhhhhhh, pffffffffff, làààààà, tout doux, ça va aller.
    (Ouais, hein, ça va, protestez pas, j'ai suffisamment l'habitude d'être pris pour un alien venu de l'espace par le commun des littéraires dès que je prononce les mots «calculatrice» ou «nombres premiers», limite si on me sort pas des crucifix et des gousses d'ail. Oh et vous excusez pas, on est tous pareils, j'ai suffisamment moi-même hurlé à a lune quand j'étais officiellement déclaré scientifique par l'institution scolaire, dès que j'entendais «Proust» ou «commentaire composé»...)

    Bien, laissons donc les lapins porcins pour revenir à mes moutons.

    On a tous appris qu'en comptant : 1, 2, 3, 4, etc..., on finissait par arriver à l'infini, c'est-à-dire qu'on pouvait toujours trouver plus grand que le plus grand nombre que vous pouviez citer, vu qu'on peut toujours au moins ajouter 1 ; c'est le fameux argument imparable de rhétorique de cours de récré, qui nous a tous sorti d'affaire un jour : «toujours plus que tu pourras dire».

    On appelle cet infini «l'infini dénombrable», puisque on l'atteint (si on peut dire) en dénombrant des objets, et en continuant en théorie jusqu'à... Jusqu'à chaipasquoi. Ben, l'infini, quoi.
    Donc, retenez : 1, 2, 3, 4, etc... : infini dénombrable.

    Déjà, en soi, l'idée est belle et dérangeante : le monde qui nous entoure, et notre vie propre sont marqués par la finitude, du compte en banque aux nombres de jours de vacances, en passant par le nombre de pépitos dans leur paquet. Alors imaginer concrètement un comptage infini, c'est impossible, puisque précisément inimaginable.
    Avec ce point de départ tout simple, on entre de plein-pied dans la bizarrerie mathématique : comment l'esprit humain, caractérisé par sa finitude, peut-il inventer un truc qu'il ne peut pourtant pas imaginer ?

    À ce stade-là, je vous propose de prendre tous ensemble notre premier cachet de Nurofen avant d'aller plus loin.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anna 05/12/2006 09:40

Djac : en tout cas moi je ne te regarde pas comme un taré, c'est juste que par défaut je fais des associations avec ce qui est déjà dans ma tête, donc...

Djac Baweur 04/12/2006 19:13

>Axi : ha ha ha, des détails, tout ça... ;o)

>Cactus ; grande différence entre le calcul et les mathématiques ! C'est pô pareil !

>Anna & Lorraine : littéraire c'est pas une insulte, hein, c'est plutôt dans l'autre sens, les littéraires qui regardent comme un taré le pauvre insensé qui aurait eu l'impudence de citer deux mots de maths... ;o)

>Jacquesb : merci ! Mais apparemment, les habitudes prises sont déjà trop fortes, et ils ne changeront pas d'avis... (note pour les autres : il s'agissait de débattre sur over-blog pour changer certains anglicismes en expressions françaises, comme "lettre d'info" à la place de "newsletter").

>Clémence : je comprends ce que tu ressens, mais on peut aussi prendre le problème dans l'autre sens, et trouver merveilleux d'avoir la capacité incroyable de concevoir que les choses sont inconcevables...
Évidemment, au passage, notre égo à tous en prend un sacré coup, mais peut-être là est le début de la sagesse : vivre modestement en tant que poussière dans l'infini, poussière pourtant précieuse précisément parce qu'elle sait qu'elle est poussière.
Enfin, ce que j'en dis, hein...

>rififi ; ben ça prouve que le chat, lui, n'est pas binaire ! :o)

cactus aime le mot dit 04/12/2006 11:40

roooooooooo grâce à toi , moi Jacquesd  ,  je viens de découvrir un grand Tom : Jacquesb , un sosie en plus : merci à l'OB !
sinon coté calcul perso j'en reste au mental une de mes passions quand je m'emmerde : le mental de nos jours , y fait tout - il est tout !
 
alors détournée de bises dégloch'idées mon cher Djac ! 

Axi 04/12/2006 10:45

C'est ça qui est beau avec les maths, on peut en tirer plein de discussions philosophiques passionnantes... J'ai hâte de découvrir où tu veux en venir Djac. 0,99999... = 1 ? Pi est transcendant ?

Lorraine 04/12/2006 09:18

Vive(nt) les littéraires !

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)