Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 20:12
    Suite à l'intervention de collégiens du club-journal de leur établissement sur le blogTV de Télérama, je me pose de nouveau cette question que je me suis souvent posée, et qui en appelle beaucoup d'autres : comment peut-on rester scotché devant des émissions de télévision dont on sait pertinemment le vide abyssal et le rien ontologique, vide quasiment assumé, d'ailleurs, tant les animateurs les plus veules de la petite lucarne font partie de cette étrange sorte de gens qui non seulement sont cons, mais en plus sont tout à fait fiers de l'être.
    C'est vrai, quoi, ne niez pas, on s'est tous retrouvé comatant devant le pire néant de la pensée humaine représentée sur l'écran coloré, en grignotant vaguement des cacahuètes et des olives, en sirotant un liquide dont on est à la rigueur à peine conscient, ou en tartinant sans conviction des tranches de pain d'une pâte à tartiner célèbre.
    On sait que c'est débile, on sent par tous les pores de la peau que c'est même malsain, oui mais bon, on est hypnotisé, fasciné, comme le petit lapin face au cobra.

    Alors, que, quand même, si on transpose ce phénomène à tout autre domaine de la vie, c'est d'une absurdité à faire peur.
    Tenez, si vous allez manger dans un restaurant que vous trouvez immonde, est-ce qu'il vous viendrait à l'idée d'y retourner dès le lendemain ?
    Si vous rencontrez un gars que vous trouvez absolument chiantissime, est-ce que vous êtes seulement titillé par l'envie de le rappelez dans la semaine pour passer le week-end prochain ensemble?
    Si vous allez voir une vraie daube au cinéma, est-ce que votre premier geste sera d'y retourner à la première heure ?
    Si un livre vous tombe des mains après une trentaine de pages, allez-vous frétiller d'aise à l'idée de vous fader les deux-cent cinquantes autres pages rien que pour le plaisir de se faire copieusement chier(1) ?
    Si le lancer de poids vous semble un sport tout à fait inintéressant et dont le sens profond vous échappe totalement, vous sentirez-vous obligé de passer des heures à vous entraîner dans l'emmerdement le plus total ?
    Si la peinture vous laisse de marbre malgré vos efforts répétés serez-vous spontanément porté à passer des après-midi entières devant les pires croûtes des musées les plus reculés ?

    Hé ben, pourtant, c'est a peu près l'attitude que l'on a bien souvent avec la télé.
    Alors on va me dire (et moi le premier) : ouaiiis, c'est normal, c'est pas grave, c'est juste pour se vider la tête, se délasser, on regarde une connerie et ça repose. Bon.

    Se vider la tête : voilà qui, en fait, me fait peur. Parce que, et là je pars de mon expérience personnelle bloquée devant le tube cathodique, sous le prétexte de se délasser, c'est effectivement la tête qui se vide. Et quel que soit le recul qu'on est censé pouvoir prendre, quel que soit le niveau socio-culturel présumé préserver de la déchéance crétine, j'ai la ferme impression qu'on est pourtant invariablement influencé et qu'on fini par adopter des réflexes de pensées induits par des paradigmes de fonctionnement propre au monde de représentation de la télé (par exemple, «ne vaut que ce qui fait beaucoup d'audience», etc...).
    Et je me vois tellement chagriné d'avoir, du coup, cette paresse intellectuelle à lire ou à apprendre sur des sujets qui pourtant me passionneraient, me privant ainsi malgré moi de richesse incroyables (je me demande si je lirai un jour mon bouquin sur la Mésopotamie...).

    Alors, cette capacité de la télévision à capter l'attention et à anéantir la volonté critique et le désir d'action, pose énormément de question sur l'état de la société et ses possibilités de se renouveler, abreuvée qu'elle est d'une télé omniprésente.
    Et que penser de ces générations de jeunes enfants et ados dont l'horizon est seulement constitué par cette diabolique machine à images ?


(1) Haaa on me dit à l'oreillette que certains seraient effectivement adeptes du finissage de livre chiant... Hahem... Bon, heu, je m'occupe pas des cas spéciaux, hein, je parle en général, donc revenons à mes moutons je vous prie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

arbobo 05/12/2006 12:01

en tout cas t'as balancé du lourd....On accuse surtout la télé, mais écouter une radio pourrie qui diffuse lorie ou des daubes préformatées au kilomètre,passer une heure à lire un catalogue de produits qu'on n'a aucune intention d'acheter, lire gala ou closer (qu'on soit chez le coiffeur n'y change pas grand chose)....activités vides de sens.la télé y ajoute de la passivité, ce qui suffit à la rndre spéciale. Je me demande simplement jusqu'où et en quoi.en repensant à toutes les soirées où j'ai maté de la téléréalité jusqu'à la nausée ;-)("l'île  de la bijection" : 12 mathématiciens chevronés sont jetés dans un labyrinthe. seule la résolution d'un problème de math resté insoluble depuis 4 siècles leur permettra d'échapper au jaguar afamé qui est à leurs trousses, ou à la horde d'élèves du CNSMD assoiffés de sang et armés d'archets de violon! la suite dans quelques instants, avec Justin Bridou et les calculatrices Casio)

sev 05/12/2006 11:43

Au fait Djac... j'adore le lancer de poids...
OK je sors

Djac Baweur 05/12/2006 11:39

Ha bon.
Ridicule jusqu'au bout, on dirait.
Enfin tant pis, j'ai l'habitude.

sev mdr! 05/12/2006 11:29

Hé Djac? Je plaisantais hein! Je m'en fous royalement, paske je fais ce que je veux : lire des bouquins imbitables jusqu'au bout ou me délecter devant l'ile de la tentation (ah ouais trooop boooon).
Mais j'avoue que je jubile en lisant ta réponse... niark niark!
(l'inconvénient de l'écran interposé, sinon tu aurais vu mon sourire diabolique quand j'écrivais le commentaire précédent...)

Djac Baweur 05/12/2006 11:10

>sev : bon, j'ai voulu faire de l'humour, et pan sur le bec, il semblerait que je me sois planté en beauté.

La liste d'activité soi-disant absurde plus haut m'est venue au fil du clavier, en prenant les idées telles qu'elles me sont apparues pour rédiger (trop) rapidement.
À la relecture, je me suis aperçu de la phrase sur les livres, et d'un coup je me suis souvenu qu'en effet, je connaissais des gens qui effectivement finissait leur livre etc...
Mon réflexe, alors, sans trop réfléchir, a été alors de rajouter la note en bas d'article, imaginant faire de l'humour qui laisserait clair mon propos : j'ai eu tort, j'aurai du supprimer la phrase sur les livres (ce que je vais faire).
Je ne vois évidemment aucun rapport entre les deux attitudes dont tu parles, mon propos n'est certainement pas celui-ci.
Note d'ailleurs que j'avoue parfaitement être le premier à rester devant les pires conneries (dont la méthode Cauet), et avoir la flemme de finir ou même d'entamer un bouquin : je ne peux qu'infiniment respecter quelqu'un qui sait lire une quantité d'ouvrages que je ne lirai même pas moi-même, et qui possède des qualités de persévérances et d'ouverture, comme tu le dis toi-même, dont je suis totalement dépourvu.
Je suis désolé de t'avoir froissée : mettons que cet article était rédigé à la truelle, et que je n'ai pas réussi à exprimer suffisamment clairement ce que je voulais dire.

Je serai plus vigilant à l'avenir.

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)