Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 19:06
(Note aux éventuels nouveaux lecteurs : pour comprendre quelque chose à ce qui suit, il est recommandé de lire les épisodes précédents).

    Résumé des épisodes précédents :
    Djoni se dit que le ministre de la diplomatie doit Klinty trouve que l'Empereur quant à lui Zorg cherche à la Princesse Lycra est furieuse car Hildegonde n'aime pas trop et voilà nos héros encerclés.

Épisode séveune

    Djoni se pencha subrepticement vers Klinty et lui chuchota à l'oreille, d'un air de conspirateur sûr de lui :
    «Klinty, je crois qu'on est prisonniers
    Klinty leva les yeux au ciel, se retint de soupirer, et fit, chuchotant à son tour :
    «Haaa, c'est donc ça les menottes qu'on a au poigneeet !
    - Oui, répondit sérieusement Djoni à mi-voix, et il faut qu'on se sorte de là ! Mais rassurez-vous, je vais trouver un moyen !
    - ...»
    Kinty le regardait avec un mélange indicible d'incrédulité et de découragement total.
    «Ben quoi, j'ai dit une connerie ? demanda Djoni.
    - Mmmmh... Non, non...» Klinty hocha la tête avec ostentation et une moue approbatrice.
    «Se sortir de là, c'est bon, ça, c'est très bon...»

    Tout s'était passé très vite.

    Les mystérieux occupants des cinq vaisseaux, qui avaient rapidement entourés le Sigma Fox Shippyards Coco Alpha-Class Shuttle Millenium Air Wing Falcon Omega III de manière à empêcher toute possibilité de fuite, avaient envoyé ensuite un message plus long mais tout autant sibyllin que le précédent, qu'Ikselle n'avait su traduire, ce qui du reste n'avait étonné personne (sauf Djoni), message dont la teneur avait été toutefois rapidement claire dans les minutes qui suivirent.
    Le message était le suivant, prononcé rapidement d'une voix agaçante entre le bisounours pré-pubère et une voix de messagerie passée en accéléré :
    «Houtini zob zob wadjaaah zigoune henkulés houtini baaadjhah savahchié houtiii bannhdekon raadjhdjadjjaah houuuuutini !»

    Trois secondes après, alors que Klinty engueulait Djoni qui engueulait sa sœur qui engueulait Ikselle qui engueulait tout le monde, et que Sam et Cheequetabah, alors devenus indifférents à la marche de l'Univers, se délectaient de l'entrée suave d'une cuillère dans la matière oncteuse et noisettée d'une grasse pâte à tartiner, tous ressentirent un choc soudain qui ébranla durement la totalité du vaisseau, choc immédiatement suivi d'un «WI-WUI-WUuii-wuuuooo-wooooohhh...», signal sonore pitoyable en gamme descendante qui n'était autre que le cri de protestation des systèmes électriques du vaisseau juste avant de rendre l'âme, alors que toutes les lumières s'éteignaient brusquement, laissant place à des veilleuses jaunâtres éclairant à peine l'obscurité des coursives.
    Le vaisseau fut tracté jusqu'à une immense plate-forme artificielle, dans un petit hall d'embarquement, et nos héros furent invités à sortir sans faire d'histoire (du moins c'est ce que les gestes de l'espèce de gnome apparu sur le pare-brise de la cabine de pilotage leur parurent indiquer). Et vu le nombre de petites bestioles tenant des armes lourdes dans leur papattes qui les entouraient, il valait sans doute mieux, en effet, ne pas faire d'histoires.
    Toute la fine équipe était donc conduite vers ce qui semblait de toute évidence être un lieu de villégiature forcé.

    L'Empereur se mira une dernière fois dans le grand miroir du petit salon.
    C'était par-fait. Une statue glorifiant la virilité triomphante. La chemise entrouverte sur les larges pectoraux, la chevelure ondulée blond platine, la gourmette en or massif, et le pantalon de cuir serré autour des cuisses puissantes et qui laissait tout deviner du morceau de choix.
    Par-fait.
    L'Empereur appuya sur un bouton et dit :
    «Faites donc entrer la demoiselle...»
    Il s'arma de son fameux sourire numéro 3, face à la porte, qui s'ouvrit et laissa apparaître une charmante jeune fille, très simple et sans chichis, très jolie et bien faite, qui ne paraissait pas plus impressionnée que ça d'être au fin-fond de l'antre de l'Empereur lui-même.
    La voix de celui-ci fit entendre son ton mielleux numéro 5 :
    «Bonjour, ma jeune dame... Zorguinette, c'est bien ça ?
    - Oui, c'est mon nom.
    - Viens, approche-toi, n'aie pas peur...
    - J'ai pas peur. Mais dites-donc, vous êtes sacrément équipé, vous ! Waw !
    - ?... Équipé ?
    - Ha ben ouais, je veux dire, vous avez un sacré paquet !
    - Un paqu... Ha tu veux dire... Ha oui ! Hé hé ! En effet, hein ?
    - Ha là là, dites donc, mais c'est carrément énorme !
    - N'est-ce pas ? Ça... ne t'effraie pas trop, une toute jeune fille comme toi, mmmh ?
    - Ha non, pas du tout, au contraire, c'est bien pratique, un gros machin comme ça !
    - Pratique ? Hu hu hu, comme tu y vas...
    - Ben ouais, c'est plus facile pour viser.»
    Au dixième de seconde qui suivit, l'Empereur était plié en deux, les yeux hallucinés sortant de leur orbite, incapable de reprendre son souffle.
    Quand le chef de la garde fit irruption dans la pièce, les seules paroles de l'Empereur furent :
    «gnnn gnn gnnnn»
    Comme le chef de la garde n'était pas tout à fait idiot, et qu'il avait une certaine expérience au service de l'Empereur, il comprit immédiatement la situation, et en professionnel qu'il était, su s'empêcher la moindre velléité de sourire pour agir discrètement et efficacement.
    C'est ainsi que la propre nièce de l'infâme Zorg se retrouva enfermée dans les geôles les plus secrètes du Palais Impérial.

    Dans le vaisseau-amiral de la Princesse Lycra, c'était le branle-bas de combat.
    D'un seul coup avaient surgi dans l'espace environnant les chasseurs de l'Empire, en nombre trop important pour y faire face avec succès.
    La Princesse sut à l'instant que la partie était temporairement perdue, et, alors que les tirs de lasers faisaient soudainement rage dans le vide spatial et faisaient trembler l'immense structure du vaisseau-amiral de la rebellion, elle ne perdit pas de temps à se demander comment les chasseurs de l'Empire avaient pu connaître leur position, et prit rapidement les mesures qui s'imposaient. Elle envoya immédiatement Stravisky & Hutch profiter de la confusion générale pour tenter de s'enfuir et mener une mission essentielle : retrouver Klinty. Quand elle vit, que, virevoltant chacun dans leur vaisseau de combat rouge et blanc avec force dérapages savants, ils arrivèrent sans peine à franchir la ligne ennemie, elle fit cesser le feu et se rendit.
    Elle fut donc faite prisonnière, en compagnie de ses plus fidèles lieutenants, et séquestrée dans les prisons de la Garde Impériale.

    «Hé bien, Hiz Heuntbade, vous avez fait du bon boulot, rapide efficace et tout...
    - Hum... M... Merci... Monsieur...»
    Hiz Heuntbade était très mal à l'aise, ce que provoquait immanquablement le moindre compliment de la part de Zorg : ça ressemblait toujours à un boucher tout sourire flattant de la main une génisse, un couteau caché dans le dos.
    «Mais, heuuu... continua Zorg, vous avez bien conscience que vous détenez à présent des informations ultra-confidentielles, qu'il vaudrait mieux garder secrètes de manière certaine. Vous voyez ce que je veux dire ?
    - Heuu... pas très bien, en fait...
    - Ben je vais devoir vous enfermer en prison, mon vieux...»

    Quelque minutes plus tard, Zorg, seul dans son bureau, se permit une chose incroyable : il soupira d'aise.
    «Haaa, tout le monde en taule... Voilà une bonne journée comme je les aime...»

Partager cet article

Repost 0

commentaires

arbobo 28/11/2006 17:53

heu, jo, nexagérons rien,
chiraquien d'un jour, jour funeste s'il en fut. en 2002.

Djac Baweur 28/11/2006 17:26

Heuuu, c'est gentil, cactus, mais outre que je vois mal le rapport avec la choucroute, on l'avais déjà bien vu la photo...

cactus aime le mot dit 28/11/2006 17:22

Higelin est passé pas Chichi :
 ouffffffffffff c'est donc juste un rejet normal chez Djac :-)
PS : Arbobo serait donc chiraquien , comme moi ? :-(

cactus aime le mot dit 28/11/2006 17:21

encore un essai

cactus aime le mot dit 28/11/2006 17:17

C'est là : jumpin' jack flashe bien !
http://arbobo.over-blog.com/article-4621507-6.html#anchorCommen
c'est de la faute à Debussy, non ?

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)