Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 22:22
Enfin la suite !
Aimable participation de jaune ouaine. (voir le premier épisode)


    HMC : - Bon alors si on met pus de fruits qu'est-ce qu'on y met ?
    R : - Ben faudrait un truc pas compliqué à cultiver, pas loin, ou fabriquer un faux fruit qui coûterait pas cher. Chai pas un truc quoi... Toi JJ c'est ton boulot de chercher des trucs !
    JJ : - Moi je veux bien : mais qu'on arrête de faire des allusions vaseuses sur mes performances sessuelles. Sinon, nada, quedall, nothing, le JJ on lui fera pas croire qu’'un yaourt ça tient...
    R : - STOP ! On a compris JJ. Non ça tient pas OK ? Alors à toi de jouer, donne nous des pistes.
    HMC : - C’est pas un truc qu'on cherche ?
    R : - Ben si pourquoi ?
    HMC : - Tu lui demandes une piste ça n'a rien à voir ?
    R : - Jésus-Marie-Joseph !
    HMC : - Qui c'est ?
    R : - Laisse tomber, je me cause. Bon, JJ, une idée de TRUC !
    JJ : - Ben comme ça au débotté, j’ai rien mais faut que je réfléchisse... Donne-moi des pistes...
    HMC : - Robert a dit un TRUC !
    R : - HMC, laisse nous un moment tu veux, t’as pas envie d’un p'tit pipi ? Une petite clope ? Un café ?
    HMC : - Ah oui tiens un café, il est pas là Jipette ? Non ? Bon j’y vais, mais attendez-moi hein !
    R : - Oui oui, t'inquiète, qu’est-ce qu’on ferait sans toi, pas vrai JJ ?
    JJ : - Euuuuhhh... quoi... oui oui, c’est ça, c'est ça... sans nous hein? Pas de yaourts !
    R : - Bon, JJ concentre toi, on est entre nous là, t’avais bien trouvé des formules pour faire du goût de fraise sans fraise, de framboise sans framboise ?
    JJ : - Ben ouais fastoche, tu mets un peu de...
    R : - Bon, bon, la formule on s'en fout. Est-ce que tu peux trouver une formule pour donner un goût au yaourt sans qu'on ait besoin de rajouter des petits morceaux de quoi que ce soit pour faire croire que c’est du vrai ?
    JJ : - Remarque il avait pas tort HMC, le poireau ça pourrait le faire, ou la carotte aussi...
    R : - JJ ça suffit, concentre toi j’ai dit. Un truc vendable ! qui fasse rêver la ménagère de moins de 24 ans bon sang !
    JJ : - Ouais, bon, je vois. Un truc qu’on aurait pas besoin de cultiver et tout ça, qu’on aurait pas besoin de mettre des petits morceaux et tout ça, oui, oui... je vois... je vois...
    R : - Qu’est-ce tu vois ?
    JJ : - Ben là, toi, t’es en face de moi !
    R : - Merde de merde. A quoi tu penses si tu préfères ?
    JJ : - Que j’'aurais peut-être dû offrir des fleurs à Hildegonde plutôt que des bons d'achat en yaourts, j’crois que ça lui a pas plu.
    R : - Voilà qu'elle est bonne l’idée, des fleurs !
    JJ : - Ah, toi aussi t’aurais offert des fleurs ?
    R : - Oui oui bien sûr des fleurs... (pensif, très pensif)
    JJ : - Ah ! merde quel con j’ai été. Tu te rends compte chui p’têt passé à côté d’une grande aventure, p’têt même queue j’aurais pu battre mon record ! Rien qu’à cause d’une bévue... Des fleurs, c’'est tout con. Et c'est maintenant que j’'y pense, raaaa lalala.
    R : - Mais tu fais très bien d’y penser maintenant JJ, tu fais très bien! Tu vas nous sortir de la merde !
    JJ : - Ah ouais ? Tu penses que c’est pas trop tard ? Ma Hildegonde peut encore me revenir ?
    R : - Pour Hildegonde j’en sais rien, faut voir ça avec jaune ouaine, je crois qu'il a une idée pour un copain à lui, un certain Djac ou quelque chose comme ça. Non, non je veux dire ce soir, là, maintenant!
    JJ : - Ah, bon, c'est plus la veille alors ?
    R : - NOOOOONNNN ! C’'est ici et maintenant. Qu'’est-ce que tu peux fabriquer comme parfum de fleur ?
    JJ : Aaahhh ben non ! Pour Hildegonde je lui offrirais des vraies fleurs, eh, pas fou ce coup-là !
    R : - Pas pour Hildegonde, tu nous les brises menu-menu avec ton Hildegonde. POUR LES YAOURTS !
    JJ : - Eh, ho, un ton plus bas avec Hildegonde, hein, un ton plus bas. On voit bien que tu n'as jamais aimé toi. Tu ne sais pas ce que c’est que penser à quelqu'un jour et nuit, de rêver que le ciel et tous les...
    R : - Bon bon ça va, ok, je sais pas, on va pas en faire un fromage, blanc de préférence ici.
    JJ : - Pour quoi du fromage blanc ?
    R : - Oh, comme ça, pour causer... Alors un parfum de fleur ? Par exemple tiens, Hildegonde, à quel parfum de fleur elle te fait penser ?
    JJ : - Ben... eueuhhh... chai pas moi... au géranium ? Non ?
    R : - Hildegonde mérite mieux. Surtout que dans le genre moustique, aheuhmmmm... Cherche encore.
    JJ : - Voyons, pas le géranium alors. Le mimosa ?
    R : - Pas mal, mais bon pour le yaourt chui pas sûr.
    JJ : - Non c'est pour Hildegonde !
    R : - Même, cherche.
    JJ : - Tu la connais même pas Hildegonde alors. Chai pas comment tu peux savoir que le mimosa ça lui plairait pas, pffff.
    R : - Comme ça, une intuition. Des fleurs simples, naturelles, poétiques, genre.
    JJ : - Ah ouais, ouais, je crois que je le sens là, je le sens !
    HMC, de retour, aïïï, aïïï, aïïï : - Putain c’te machine à café quelle plaie ! Quand tu demandes un café long non sucré, paf ! tu te retrouves avec un chocolat. Alors, moi, qui suis pas l’ombre d’un imbécile, hein, ben j’commande un chocolat. Et paf ! la conne elle me sert un chocolat ! Alors comme je suis un gagnant hein, vous me connaissez, sûr de moi, à l’aise et tout (déjà cité ailleurs) je remets une tite piècette, et ce coup là ma vieille (non je vous referai pas le coup de la faute de frappe) c’est moi qui gagne : je tape café court sucré. Sboinnnng ! Perdu ! Un thé, froid, sans thé et non sucré. Maiêêêêê c’est moi le chef, alors je...
    R : - Eh ! tu vas nous passer en revue toutes les combinaisons ? Hein ? Tu crois pas qu’on a autre chose à foutre ?
    HMC : - Non mais c’est pour vous expliquer pourquoi j’ai été un peu long ! Alors comme je savais que vous m'attendiez...
    R : - Ouais ben justement on t’as pas attendu. On m’attends à la maison.
    MHC : - T'attends pas parce qu'on t’attends ? Pfiououou, compliqué ça.
    R : - Pas grave. Donc JJ tu disais : je la sens !
    HMC : - Hola, qu'est-ce que c'est que cette histoire ? Alors ça y est, toi aussi tu t’y mets Robert, il t'a perverti !
    R : - Meuuuuuuh non ! Tu peux pas comprendre là. Alors JJ ?
    JJ : - Oui ! Ça y est ! le coquelicot !
    R : - Tu sait faire du coquelicot sans coquelicot ?
    HMC : - Mais qu'est-ce que c'est cette histoire de fleurs ?
    R : - T'occupes ! Le coquelicot c’est pas mal. Il y a eu des bonbons avec ça. C’est frais printanier, ça rappelle l’'enfance, ça parle campagne, nature tout ça, bien le côté écolo, c’est tendance coco.
    JJ : - Tu vois que quand que j’veux j’peux; je l’savais, mais je l’savait que je deviendrai un génie ;  Djoni j'ai tenu ma promesse.
    R : - Mais que va t'en penser la Mamie ? Là t’est la question...
    HMC : - Je sais pas de quoi vous causez là, cette histoire de coquelicot, mais moi ça me fait penser à ma tata.
    R : - Qu’est-ce qu’elle vient foutre dans cette histoire ta tata ?
    JJ : - Ouais taratata c’est chouette !
    HMC : - Non pas taratata, ma tata.
    JJ : - Quoi ma tata, elle fait pas de télé ma tata...
    R : - Ça y est il est retombé, trop cogité, le coquelicot nous l’a épuisé. Bon alors c'est quoi ton histoire de tata HMC ?
    HMC : - Ben quand j’étais p'tit elle m’appelait son p'tit coquelicot, passe que je rougissais tout le temps quand je la voyais. Tu parles elle avait toujours de ces tenues !
    JJ : - Comment ça, elle se tenait mal ?
    HMC : - Mais non c'était son habillage Hé, patate !
    JJ : - Tu peux préciser là... ahhh... (JJ étant devenu tout rouge aussi, comprenant d'un coup ce dont auquel venait de causer HMC, et déclenchant chez lui une irrépressible érection : on ne le refera pas...).
    HMC : - Non MÔôôssieur, je ne préciserais pas, par respect pour ma tata, avec qui j’'ai passé de si beaux instants... hmmmmm...
    R : - Bon, et alors, à part ta tata et tes émois enfantins ça nous amène à quoi ?
    HMC : - Ben... euh... à rien, sinon, ah ! Si ! C'est ça que je voulais dire ! Ma tata elle sentait toujours bon là.
    JJ (de plus en plus rouge) : - Où ça là, dis, où ça ?
    R : - Calme toi JJ, laisse causer le Hubert Monumental Couillon. Alors, elle sentait quoi t’est-ce-que la tata ?
    HMC : - Ben des fois c’était le muguet, mais plus souvent c’était la violette.
    R : - EURÊKA ! Le voilà notre parfum ! LA VIOLETTE ! Mais oui, c'est ça qu'il faut à la Mamie ! Pile poil dans ce qu'elle recherche. les mecs on est les plus forts !
    JJ : - Oui mais mon coquelicot j'en fait quoi ? Hein, j'en fait quoi maintenant ?
    R : - Tu le mets de côté pour le moment on pourra p’têt s’en servir plus tard quand y faudra exploiter le filon, on s'ra les preum’s.
    JJ : - Le problème c’est que j’sais pas faire la violette moi !
    R : - Ben tu vas apprendre mon grand, tu vas apprendre.
    HMC : - Pourquoi c’est pas compliqué y'aka planter des champs de violettes, pis on les récolte tout ça comme les fraises !
    R : - Décidément HMC t’as rien compris. J’essplique :
    1 - Mamie elle a dit : “faut pas que ça coûte cher.”
    2 - Cultiver des violettes chai pas si tu vois le boulot pour remplir nos tonnes de yaourts. Je ne parle pas de la récolte, y’a pas de moissonneuses-batteuses à violettes.
    3 - Et quand c'est pas la saison, on fait quoi ?
    4 - Quand on a les violettes, on en fait quoi ? On les coupe en p’tits bouts pour les mélanger aux yaourts, et pis après on se retrouve avec des milliers de plaintes pour, au mieux des chiasses monumentales, au pire une saturation des services d'urgences.
    DONC, le Jean-Jacques y reprends son p’tit chimiste et y nous concocte un parfum violette de derrière les fagots que même les plus fins nez de chez Chanel y z'y verront que du bleu. Tiens pendant que tu y est JJ, pense au bleuet, ça aussi ça pourra servir plus tard.
    AU BOULOT !
    Bon demain matin c'est moi qui fait le compte rendu à Mamie, hein, vous en mêlez pas. On s'est assez fait chier ce soir, alors allez pas foutre en l'air tout ça en la faisant maugréer grave. Ce sera la violette et même que ce sera pas un parfum, passe que ça risque de cocoter un max dans les caddies. Alors on va faire dans le soft, le délicat, l’évanescent, ce sera une senteur... Qui qui va être sciée ? La Mamie d’abord, et la ménagère de moins de 24 ans ensuite. Vous verrez ça fera bien dans la maison de Mamie Nova. Ouahhhh ! La gamme ! La mère Chambourcy, là, la Bulgare, enfoncée ! Le père Danone avec ses histoires de glouglou dans le bide et de bi-machin-dusse, écrabouillé.
    Bon, c'est pas tout ça mais faut que j'rentre fissa, Bernadette va encore râler. J'ai une vaisselle et une lessive qui m’attendent, alors tchao les mecs et à demain.»

    Vous venez d'assister en direct live à un évènement de portée historique que vous pourrez podcaster très prochainement sur notre site, entre un Stravinskiki et un Debussississi. Nous quittons la salle sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller Jean-Jacques, qui s’est endormi depuis un bon moment sans se poser plus de questions sur l’'heure à laquelle il devait rentrer ; il était parti dans des rêves sentant bon la tata à HMC... Un léger sourire, un peu bébète, accompagnait son sommeil calme et serein.

    Cet enregistrement est soutenu très fort par Mamie Nova.

    A vous Cognac-Jay.   

    Et voilà, vous venez de lire la fin de cette merveilleuse histoire comme on aimerait en lire plus souvent, mais que grâce à des esprits éclairés et altiers comme celui de Djac, le monde peut enfin avoir à connaître les vérités, qui peuvent déranger, mais qui ne sont pas moins nécessaires à l’évolution de la grandeur de l'’homme et de son inextinguible besoin de savoir et de connaissances.
    Mais soudain un doute m’habite (le premier ou la première qui rajoute quelque chose aura à copier à la main dix fois les aventures de Djoni, ou pire mais ça c'est pour ceux qui tiennent tête, cent fois l’article sur la forme sonate ! Hein ! On rigole plus là, on a pu envie de faire de jeux de mots vaseux d’un coup !), comment a réagi la Mamie ?

à suivre... 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Christophe 05/11/2006 18:14

Haa, la classe cette meuf !
Anna : C - Q - F - D !

g9g

Anna 05/11/2006 16:48

Christophe : je ne suis pas trop d'accord avec ta formulation... Thomas a recommandé deux blogs qui lui semblaient intéressants, il n'est pas forcé d'apprécier le mien. Je ne cherche pas le consensus mou !

joye 05/11/2006 14:58

Gah, le temps qu'il m'a fallu pour comprendre jaune ouaine !  Il est né dans mon état, le savais-tu ?  Bon, maintenant, je peux essayer de comprendre le texte...ça craint, hein ?  ;-)

mebahel 05/11/2006 11:29

Ooops.
Je veux dire que c'est tellement nul que je ferais honte à..
voilà.

mebahel 05/11/2006 11:16

profite Christophe :-)
si je sortais ici toutes les ççonneries que j'ai dans la chetron, je ferai honte même à vermot, mario et arbobo réunis.

LQL
ce bot est vendu à mes ennemis je le sais.

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)