Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 11:52
    Voici enfin l'immense cinquième épisode des aventures de Djoni, le seul-l'unique-l'officiel ; pour y comprendre quelque chose, il est vivement recommandé de fouiner dans la rubrique afférente.


    Bon on y va les gars, on ne change pas le décor :
    C'est toujours il y a longtemps, vachement longtemps, dans une galaxie super super loin.

    Djoni, Hildegonde et Cheequetabah se sont cassés vite fait de Kachtajoy avec un gus en plus (Klinty), et en laissant derrière eux un tas de cloportes sanglant.
    Les pov'gars, déjà qu'ils savaient pas pourquoi ils étaient là à se les cailler en plein vent froid et nauséabond sur la piste 42 machin, quand enfin ils voient arriver 2 types et une grosse peluche, ils vont pour causer un peu, et ils se prennent une giclée de plomb ZZ 00 (complètement dépassés, mais terriblement efficaces pour qui sait s'en servir !) en pleine poire.
    Et voilà, faut pas bosser pour Zorg, on vous a déjà prévenu.

Épisode faïve (officiel)

    A bord du Sigma Fox Shippyards Alpha-Class Shuttle Millenium Air Wing Falcon Omega III, la tension était palpable. Trois chasseurs de la police impériale avaient pris nos amis en chasse. Je dis nos amis, je sais, c'est pas vraiment nos amis. Ça fait que quatre épisodes qu'on les fréquente. C'est, disons, des relations. Mais bon, «nos relations», ça le fait pas. Et puis d'abord, si on écrit une aventure de Djoni, on fait comme on veut non ? Bon ! Pour ceux qui sont pas contents, la porte est là ! ... VLAM ! Bien, je reprends.

    Djoni : «Ah ouais, bon aloreuuuh, ça c'est Hildegonde, ma frangine, c'est avec elle que tu vois pour les tarifs...
    Hildegonde : - ???? Tu vas pas m'dire....
    D. : - Ouais, et ça c'est heuuu, c'est quoi ton nom déjà ? Ah ouais, ouais, je sais : c'est Klinty. (Ouais, ben j'ai pas eu le temps pour le prix, et j'me fais toujours engueuler, alors j'ai dit qu'c'était avec toi qu'il fallait voir)
    H. : - (Et tu dis ça maintenant qu'il est là et qu'on pu rien faire.... spèce de demeuré de dernière génération, fils de crétins de Pluton !) (Puis, s'adressant à Klinty)
     - Bravo pour l'embarquement ! c'est à cause de toi tout ça j'parie, ça fait monter les tarifs !
    K. : - J'paie cash en import Naouake.
    H. : - Hors de question, on trouve pu ça nulle part, j'veux des schblomph !
    K. : - Toi, tu discutes pas. J'ai pas de ton truc impérial, c'est mon tarif ou rien. De toute façon, tu peux pas revenir en arrière... Moi, j'ai tiré sur personne, et c'est ce tas de boue qui a décollé...»
    Hildegonde, manifestement domptée pour l'occasion, essaya quand même de marchander, pour le principe :
    H. : «OKdac... et ils sont où tes bagages ? T'as combien avec toi ?
    K. : - Beaucoup plus que tu le crois, je suis généreux, et j'ai tout sur moi.»
    Hildegonde voyait bien qu'il n'avait pas le moindre bagage avec lui, même pas un baise-en-ville (l'idiot !...), elle allait pas se laisser faire.
    H. : - OKdac... mais alors tu m'aides pour la déco, parce que ça craint un max ici !
    K. : - Non. Pour ça, il faut voir le gars Ramon. Ca tombe bien, dis-donc, il est sur Futura, système Times, et c'est là qu'on va. Votre Deudion-Bouton, elle doit bien avoir un accélérateur de particule à posineutron pour y aller ?!!
    D. : - Ma quoi ? tu te rends pas compte, non mais.... quoi d'abord deux boutons ?
    K. : - (soupir) laisse tomber, et dis à ta peluche de me lâcher, j'ai un stromblock massacreur de truffes prêt à syntoniser !
    D. : - .................... ??????
    H. : - Futura ? mais t'es malade ! C'est le domaine de Zorg, son Hôôôm en plus !
    K. : - Il est pas là, il est chez l'Empereur. Si on se dépêche, on aura tout notre temps.
Bon, où c'est qu'j'crêche ?»

    Klinty partit dans l'antre du vaisseau pour trouver son gourbi. Enfin seul, il put défaire son pantalon et libérer son transmuteur grognon de Bluxte furibard qui aussitôt lui livra une bordée d'injures bien senties en import Naouake.
    «Oh ça va, tu crois que c'est confortable d'avoir une sale bête qui gigote tout le temps dans le froc ! t'as pas vu le yeux de l'autre folle, toi. Alors tu te planques et tu fais gaffe, que j'ai pas à te chercher, sinon... Bon, ben va falloir supporter ces 3 là, plus le Sam. M'a pas l'air correct celui-là.»

   Djoni sentait bien que quelque chose n'allait pas. Le nombre d'épisodes, par exemple, lui semblait intuitivement décalé au regard de ce que son intuition lui dictait.

    Une petite voix dans la tête lui trottinait sans cesse, «cours, Forest, cours», et ça l'ennuyait un max de n'y comprendre que pouic.
    Courir, mais à quoi bon dans un spatial vaisseau, par ailleurs si mal foutu que faire plus de 20 centimètres en ligne droite sans perdre un membre ou s'en luxer un autre paraissait hors de portée.
    Même pour un astro-pilote sans pareil, ce qu'il était.

    En fait, Djoni n'en pouvait plus. Il avait envie d'en découdre, et entre sa grande soeur à la voix douce qui lui donnait des ordres comme on commande à ses playmobil, Winnie l'ourson que ses mains c'est des battoirs à tapis t'y penses même pas, et le capitaine kislapet avec sa trottinette spatiale à pot catalytique, il avait bien compris que l'ouvrir serait à son désavantage.

    Alors Djoni boude, dans le brouhaha (ha ha !) de la cabine aussi surchauffée que les esprits (ah bravo la métaphore, feignasse va). Car son deuxième prénom était «B.» et que comme chacun sait, Djoni B boude*.

    Djoni n'en revenait pas, déjà qu'il avait traité son Sigma Fox Shippyards Alpha-Class Shuttle Millenium Air Wing Falcon Omega III de bouse, bon... Mais alors dire qu'il n'avait que 2 boutons, vraiment, il avait mal regardé.
    En plus fallait maintenant un accélérateur de particule à posineutron! Rien que ça ! Djoni était sûr que l'Omega IV en avait un. Pourtant, si, ça existait aussi sur l'Omega III, y'avait pas mieux comme vaisseau intergalactique (z'y connaissent rien, tous !).
    Bon, ben faut mettre Sam sur le coup, ça va pas être facile ça non plus. Si au moins il n'avait pas acheté le modèle de démo, il serait sûr, mais là...

    Pendant ce temps...
        ... loin
        ... très loin de nos héros mynables ou mistérieux coincés dans leur guimbarde spatiale
        ... par-delà les galaxies diaprées, les comètes scintillantes et tous ces trucs qui sont si jolis dans les documentaires
        ... par-delà les points de suspension (en promotion exceptionnelle chez Elzévir corps gras/Elle et Vire sans cholestérol) ;
        dans le PALAIS de l'EMPEREUR des galaxies, planètes, superMamieNovae, quasars, Saint-Marin et Monaco réunis ;
        une silhouette fuyante, drapée dans un manteau sombre, rasant les murs et passant par des portes dérobées - bref un espion, rien ne t'échappe, ô perspicace lecteur - pénétrait dans l'Emp... les appartements privés de l'Empereur, bâclait à tout berzingue les prosternations protocolaires et remettait à Sa Hautesse un tout petit petit petit petit (minuscule) papier plié en 256. Puis rendit les portes à leurs propriétaires légitimes, leur pilosité aux murs, sortit du Palais et de l'histoire.
        L'empereur défit soigneusement les 8 plis, pesta à grand renfort de salive contre les informaticiens reconvertis dans les services secrets-
        et -
        arrêta de pestillonner.
        Le message l'avait raidi.
        «Tiens tiens tiens tiens .... ce cher Zorg aurait donc une nièce ? Ravissante ? Candide ? Soigneusement cachée ?
        wwaaaahhuooOOOOUUUuuurghhgh !!! (*wwaaaahhuooOOOOUUUuuurghhgh !!! *


    Pauvre Djoni, lui qui croyait être sorti d'affaire et pouvoir payer Djobah (dit le Hutin) après un voyage peinard... En plus, Hildegonde le regardait d'un sale œil, presque aussi mauvais que le jour où il avait acheté son Falcon. Et il avait peur quand elle était comme ça, elle aurait même fait peur à Zorg. Heu, non, peut-être pas quand même.
    Djoni s'en fout carrément. Ca parle bloutoks et délais d'atterrissage dans nulle part, à l'autre bout de la cabine. Qu'ils se débrouillent, puisqku'ils croient tout savoir. Mais lui sait bien que sa petite voix dans la nénette, son «cours, Forest, cours», c'est du sérieux, du lourd, et qu'il tient sa fée clochette.
    Alors Djoni s'entraine, dans son coin, tandis que les autres essaient tant bien que mal d'hyper-espacer. Pied droit, pied gauche, pie droit, genou droit, poitrine, tête, genou, poitrine, pied gauche, pied gauche, pied droit (vous avez vu, 2 fois de suite pied gauche, c'est balèse de sa race).
    Maintenant, la même chose mais avec une balle de tennis, comme Aron Aaldino.

    Voyant son frère, l'air hagard, affalé dans le siège de pilotage, Hildegonde pris le ton le plus autoritaire qu'elle trouva et cria :
    - Bon, tu le bouges ton cul de demeuré ? T'es pas content ? Tu devrais, c'est génial, on a un taré qui veut aller piquer un truc à Zorg, et des chasseurs auto-aspirovents 380 à nos basques. Sans parler qu'ils sont généralement accompagnés des Barbouzes de Maintenance de Djibiland. Et ceux - là, ils vont pas nous laisser tranquille, tu peux me croire : y'en a un, ils l'ont pas lâché pendant de plus de 100 comms ! si tu vois ce que j'veux dire... J'me demande si ils n'y sont pas encore d'ailleurs... Alors on se bouge les miches et on y va. Appelle Sam qu'il envoie l'accélérateur de particule à posineutron. Et sans tout casser, hein !?
    Djoni (béat, admiratif et ravi) : - Y'EN A UN ????!!!!
    - Dis donc Djoni, quand t'auras fini de palper la tension, tu pourras peut-être enclencher l'Hyperespace.
    - Ah...euh...oui...voilà.»
    Ce disant, il avança le bras vers une grande manette située au beau milieu du tableau de bord, ce qui eut pour effet immédiat de ne rien faire du tout. Enfin presque. Une douce voix métallique, surgie de nulle part, envahit le poste de pilotage.
    «Les chances de désintégration lors d'un passage en hyperespace à proximité d'une masse planétaire sont de zéro-virgule-trois-cent-quatre-vingt-quatorze-pour-mille. Veuillez confirmer le déclenchement du saut hyperspatial.»
    «Tiens, Rabat-joie, tu nous manquais, dit Djoni.
    - Mon nom est Ikselle.»
    Ikselle était l'ordinateur de bord du Sigma Fox Shippyards Alpha-Class Shuttle Millenium Air Wing Falcon Omega III, et il faut bien avouer que ça collait pas trop entre elle (la voix était plutôt féminine) et Djoni.
    «Eh, commencez pas tous les deux ! gronda Hildegonde. Ikselle, bascule nous en hyperespace s'il te plaît !
    - Veuillez entrer les coordonnées de destination. Le temps de calcul de la trajectoire hyperspatiale avec une marge d'erreur de moins de un-pour-dix-mille prendra approximativement trois-heure-quaran...
    - MAINTENANT !» rugit Hildegonde qui, pour une fois, se fichait pas mal du calcul.

    Oui, parce qu'il faut bien comprendre que l'hyperespace, c'est pas si simple. C'est un tas de calculs complexes que seul un ordinateur de classe 7 ou plus peut réaliser. Plus le calcul est précis, moins on a de chances de se retrouver au coeur d'une supernova, ou au beau milieu d'un champ de météorites.
    «Hyperespace programmé, destination aléatoire, cinq... quatre... trois... deux... un... hypereessspaaaaceeuuuuuuu». Ah, un saut en hyperespace, ça vous déforme pas mal la voix.     Et, hum, comment dire, les chairs aussi.
    Ils n'étaient pas très beau à voir nos héros (oui, c'est plus nos amis maintenant, c'est nos héros. Et alors ? ... VLAM !).
    Enfin sauf Hildegonde. Marrant comme l'hyperespace, ça l'arrangeait presque. Par contre, le Youki, déjà nature, on avait du mal à le fixer plus de trois secondes (surtout si on se trouve à portée de baffe d'ailleurs), alors un Youki en hyperespace, je vous passe le tableau.

    Toujours est-il que nos appelez-les-comme-vous-voudrez étaient sauvés. De la police impériale tout du moins...

    Djoni venait de comprendre. Le sens. Caché. Ce «cours Forest, cours» qui lui travaille l'occipital, sa signification profonde est «nananère». Ce que le sage traduit par «t'occupe, ils peuvent toujours causer laisse les dire».
    Car Djoni, entre deux jonglages élaborés de son invention, ressent dans tout le tréfond de son être tout intime (merci Roger Caillasse Fesse) qu'il a une mission.
    Il est l'ELU, l'employé du mois, le détenteur du quinté + universel. Bref, ils peuvent toujours le prendre pour bambi, ils vont découvrir Ulleque.

    Tout le monde était un peu tendu comme une peau de saucisson. C'est la faute à l'hyper-espace.
    Dans ces cas là on prend 2-3 smarties pour se calmer, ça fait toujours son petit effet, et si on n'oublie pas de se brosser les dents le soir ça craint rien.
    Là où ils allaient, normalement ça sentirait bon la rébellion des familles et le "Zorg, tes foutu, Djoni B est dans la rue". Bref, la base rebelle où ils se dirigeaient était à la guerre intersidérale ce que la banque du sperme est à l'avenir de la fécondité.
    Et là... c'est le drame :
    «wwaaaahhuooOOOOUUUuuurghhgh !!! (*Djoni, je suis ton père !*)
    - QUOI ? Oh, Cheequetabah, c'est pour ça que j'ai toujours eu pour toi des sentiments si... filiaux... Ça explique aussi la pilosité d'Hildegonde.
     - wwaaaahhuooOOOOUUUuuurghhgh !!!» (*Non, je déconne.*)

    Pendant ce temps là (cf. épisode faure pour les considérations spatio-temporelles), Zorg avait terminé sa réflexion. Et comme à chaque fois, il avait un plan.
    Il appuya sur un bouton de l'interphone posé sur son bureau et s'adressa à sa secrétaire, Mismo Népéni.
    «Mismo, convoquez immédiatement le Ministre de la Diplomatie dans mon bureau.»
    - Mais c'est qu'il est sur Alpha du Centaure, à quatre mille années-lumière d'ici !
    - Et alors, les téléporteurs, c'est fait pour les cynoïdes ? Je veux qu'il soit ici dans dix minutes.»
    Sept minutes trente-trois plus tard, on frappait à la porte de Zorg.
    «Entrez», dit-il.
    La porte s'ouvrit et Hiz Heuntbade, le Ministre de la Diplomatie, fit son apparition.

    Ministre de la Diplomatie, dans l'empire, c'est la bonne planque. En effet, on a rarement recours à ce moyen pour résoudre les problèmes. C'est pas comme le Ministre Des Armées qui ne compte plus ses heures. Non, Ministre de la Diplomatie, c'est voyages, temps libre, la glande quoi ! Du coup, Hiz Heuntbad se demandait bien ce que lui voulait Zorg.
    «Votre Excellence m'a fait demander», dit-il sur son ton de lèche-cul qui était pour beaucoup dans carrière.
    - Oui, j'ai besoin de vous pour une mission de la plus haute importance. Afin de nous permettre de localiser les rebelles, nous allons demander l'aide des contrebandiers. En échange, nous serons un peu plus tolérants sur leurs activités. Enfin dans un premier temps. Vous allez donc vous rendre sur leur base Kline Town 4 pour rencontrer leurs responsables.
    - Mais, votre Excellence, personne ne sait où se trouve Kline Town 4, comment vais-je...»
    Hiz Heuntbade s'arrêta en plein milieu de sa phrase quand il prit conscience que Zorg lui faisait un de ses toisages préférés, le toisage de celui-qui-sait-et-qui-sait-que-l'autre-ne-sait-pas.
    «Il est des choses qu'il vaut mieux que vous ignoriez. Vous serez conduit sur place par des membres de ma garde personnelle. Attention, cette mission est top-secret. La moindre fuite, et je vous nomme Ambassadeur sur Pluton ! Vous pouvez disposer.»
    Une fois Hiz Heuntbade parti, Zorg se laissa aller à un rictus, ce qui en disait long sur son état de satisfaction. Les contrebandiers étaient présents dans toute la galaxie. Ils devaient pouvoir repérer les rebelles.

    Fondu enchaîné, très décoratif, sur les points de suspension, les comètes, les galaxies, tout le bazar....
    Près,
    tout près de nos héros...
    La sortie de l'hyperespace se passa sans problème, sauf bien sûr qu'Hildegonde retrouva sa forme originale (et originale aussi).
    Cheequetabah venait de jeter un coup d'oeil au globutrombineur à rétroprout qui propulsait le... l'innommable engin et s'écriait :
    «wwaaaahhuooOOOOUUUuuurghhgh !!! » (* put... les copains il me vient une de ces gaules ! *)
    Quel rapport avec le groupe propulseur ? Certains exégètes hétérodoxes traduisent l'exclamation CQTBesque par (* mais qui a foutu un alto dans ce bastringue ? *).
    «On est sauvés ! s'exclama Hildegonde.
    - wwwwwarouuUUUOOOouuurgh (*on est paumés*) s'exclama Cheequetabah.»

    Effectivement, aucune étoile familière ne semblait être à proximité.
    «On a qu'à leur demander où on est, dit Djoni en pointant du doigt le cadran du radar sur lequel cinq gros points rouges se déplaçaient vers le centre.
    - Cinq vaisseaux non identifiés en approche, dit la voix d'Ikselle. Leur signature thermique n'est pas référencée dans le fichier des immatriculations spatiales.
    - Ça signifie que ce sont soit des contrebandiers, soit des rebelles», déclara Klinty qui était resté étrangement silencieux jusque là.

    Au fond de lui même, Djoni espérait bien qu'il s'agissait de contrebandiers, car son rêve était de devenir le plus grand d'entre eux.
    Au fond de lui même, Klinty espérait bien qu'il s'agissait de rebelles, pour des raisons personnelles.
    Au fond de lui même, Cheequetabah se fichait éperdument de qui ça pouvait être, du moment que ça sentait la baston.



*"Djoni B boude"©, wordgame by arbobo™

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Djac Baweur 03/11/2006 12:11

Non non non, à partir de maintenant, les épisodes officiels, c'est moi et c'est tout.
Sinon, après c'est vraiment trop en import Naouak...
;o)))
(mais les à-côtés, hein, là je suis preneur !)

brendufat 03/11/2006 00:29

Ca sent l'arnaque pour l'épisode 6, je ne vous dis que ça !  Le Djac va encore nous refiler la confection des aventures du Djoni (B. boude, c'est vrai qu'il est très bon, celui-là) !Djac, escroc ! Attends seulement qu'on te fasse apparaître dans l'histoire !

Christophe 02/11/2006 21:20

C'est marrant, il y a pas un air de déjà vu ?

kwm (cahoua man, c'teu mich)

rififi 02/11/2006 14:10

Wééééé enfin Djoni !! :-D
ben tu vois que t'as pu la faire cette fichue compil'....;o)  et en plus c'est super ! ce que c'est d'avoir un bon chef de prod quand même....  ;p)
 

Anna 02/11/2006 12:32

Une bonne façon de contenter tout le monde, j'imagine. Bon courage pour la suite !

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)