Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 19:13
Aimable participation de jaune ouaine.



MAMIE NOVA
    Saison 1 - 1 / série bien française.
    Avec : Mamie Nova - Jean-Pierre et un tas d’autres dont le nom de toute façon ne vous dirait rien. Pi on s’en fout.

    Nous sommes au siège de chez Mamie Nova, un lundi. Ben oui ça pourrait être un autre jour, mais non, ça tombe un lundi. Tout le week-end la Mamie elle a consulté les chiffres et le yaourt ça baisse. Faut faire quelque chose !
    Lundi 9 h donc.
    Mamie Nova : «Jean-Pierre ! »

    (Alors Jean-Pierre c’est le secrétaire de Mamie. Un garçon charmant qui vit seul avec sa maman, toujours ponctuel, propre sur lui, ses cravates sont d’un goût exquis, aimable avec ses collègues, ne manquant jamais de faire un compliment à chacun, de souhaiter les anniversaires, d’envoyer une petite carte quand il va dans la Creuse pour les vacances chez sa grand-mère.
    Son grand bonheur ce sont les soirées Navarro ou les spéciales questions pour un champion.
    Alors là, le Jean-Pierre, à la sortie du bureau il court vite vite vite au super giga extra maxi Lefourno, super-marché de sa banlieue, et achète deux plateaux télé tout prêts en promo : barquettes de crudités - blanquette avec des vrais morceaux de champignons, quand c’est cassoulet y prend pas, après il est indisposé et ça fait rire ses collègues - babas au rhum - deux p’tits pains tout mous - 1/4 de vin rosé issu de divers pays de la communauté européenne. Chaque fois il fait la surprise à sa manman, et c’est la joie à la maison. Après le JT de PPDA, ils s’installent bien comme il faut, et là le nirvana, ou comme disent ses collègues, mais manman n’aime pas ça, c’est le pied.
    Bon, Jean-Pierre il est pas bête, mais ses collègues disent qu’il est pas «fut’-fut’». Même Mamie le dit, en privé. Mais il est là, c’est déjà beaucoup, et puis il est serviable et il fait très bien le café, et ça compte beaucoup pour Mamie Nova qui carbure au kawa.
    Il comprend pas toujours les astuces de ses collègues qu’ils l’ont baptisé «Jipette», passe que ça rime avec... ? Là y comprend pas. Jean-Pierre est blond, un joli blond avec quelques reflets plus foncés. Manman dit qu’on dirait un viking ; elle exagère toujours manman !
     Bref c’est Jean-Pierre, faudra faire avec...)

    Donc Mamie : «Jean-Pierre !
    Jean-Pierre : - Oui Madame Mamie, le café est prêt.
    Mamie : - Oui bon c’est parfait, mais d’abord convoquez-moi tous ces crétins du marketing qui se demandent encore si faut vendre les yaourts en paks de deux ou de douze. Et puis aussi ces feignants du labo qui rajoutent des vrais faux morceaux de fraises et que ça sent toujours pas la fraise et qui se demandent bien pourquoi. Je les veux tous dans un quart d’heure ici.
    J-P : - Oui Madame Mamie. Je leur prépare du café ?
    M. N. : - Non Jip... Jean-Pierre, vous voulez me les énerver !»

    Un quart d’heure plus tard...
M. N. : «Bon les gars, ça va plus. Le yaourt baisse. Tout le monde y fait du yaourt aussi bon que nous, avec tout un tas de parfums, qui font du bien à tout, au cholestérol, au transit (passe que vous le valez bien, ceux qui le valent pas y restent constipés !) aux os des vieux, des bébés j’en passe et des meilleures. Alors moi Mamie, je veux du vraiment innovant, hein les mecs du marketing, c’est comme ça qu’on dit ! M’appelle pas Nova pour rien. Donc à partir de cette minute vous vous bougez les neurones, vous vous secouez le bulbe, vous repoussez les curages d’oreille avec vos trombones à plus tard, et vous me pondez un truc nouveau. Rendez-vous dans une semaine, sinon vous irez vous curer les oreilles chez la Sédic. Au boulot !»

    Cette scène, très dure, reflétant bien la réalité impitoyable du monde de l’entreprise et de notre univers libéral, mérite un éclairage particulier sur la personnalité de Mamie Nova.
    En effet qui est-elle ?
    Mamie a lutté dur pour en arriver là. Au départ, il y a quarante ans, c’était Papy Noblikszkryszlokwa, d’origine polonaise, crémier à Poitiers (pas «ie» passe que ça fait «Papie» et pas pie pour un crémier...), qui a créé l’entreprise.
    Bon, y faisait du yaourt maison, avec des grumeaux partout et un petit goût acidulé qui plaisait pas à tout le monde ; c’était maison quoi.
    Oh ! il en vendait pas beaucoup de ses yaourts minables, et y gagnait rien dessus. Avec le prix du lait, le prix des pots et tout ça y perdait même des sous, Mamie n’arrêtait pas de lui dire. Mais non Papy lui y pensait que c’était sa «réclame» le «fait maison», et pis y savait pas faire autrement et qu’y voyait pas pourquoi y ferait autrement vu qu’il avait toujours fait comme ça et pis que voilà.
    Mamie elle mouftait pas parce que Papy c’était une personnalité. Mamie, à l’époque était soumise à l’autorité masculine. Un homme c’est le chef, même si on en pense pas moins, c’est lui le patron.
    Sur l’enseigne c’était marqué «crémier», pas «crémière».

    Ça l’empêchait pas, la Mamie, de faire des yaourts en douce pour ses bonnes clientes, sans grumeaux et tout ça. Elle les vendait un peu plus chers, mais au moins elle gagnait des sous avec.
    Et petit à petit elle s’était fait une cagnotte.


 A suivre...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Christophe 14/10/2006 23:12

En fait c'est pathétique les dessous de la grande industrie.

Encore une affaire pour Djoni.

Quoi j'ai pas compris ?

shx

mebahelépatée 14/10/2006 19:47

Oh mais ce blog va devenir, est déjà devenu, pardon, un haut lieu de la littérature actuelle :-))))

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)