Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 00:30
(Note aux éventuels nouveaux lecteurs : pour comprendre quelque chose à ce qui suit, il est recommandé de commencer par le premier épisode, et de lire ici).


Premier à se lancer courageusement (lui), voici la proposition d'Hugo pour le cinquième épisode des aventures de Djoni :


épisode faïve

    À bord du Sigma Fox Shippyards Alpha-Class Shuttle Millenium Air Wing Falcon Omega III, la tension était palpable.
    Trois chasseurs de la police impériale avaient pris nos amis en chasse. Je dis nos amis, je sais, c'est pas vraiment nos amis. Ça fait que quatre épisodes qu'on les fréquente. C'est, disons, des relations. Mais bon, «nos relations», ça le fait pas. Et puis d'abord, si on écrit une aventure de Djoni, on fait comme on veut non ? Bon ! Pour ceux qui sont pas contents, la porte est là ! ... VLAM !
    Bien, je reprends.

    Voyant son frère, l'air hagard, affalé dans le siège de pilotage, Hildegonde pris le ton le plus autoritaire qu'elle trouva et cria :
    «Dis donc Djoni, quand t'auras fini de palper la tension, tu pourras peut-être enclencher l'hyperespace !
    - Ah...euh...oui...voilà.»
    Ce disant, il avança le bras vers une grande manette située au beau milieu du tableau de bord, ce qui eut pour effet immédiat de ne rien faire du tout.
    Enfin presque.
    Une douce voix métallique, surgie de nulle part, envahit le poste de pilotage.
    «Les chances de désintégration lors d'un passage en hyperespace à proximité d'une masse planétaire sont de zéro-virgule-trois-cent-quatre-vingt-quatorze-pour-mille. Veuillez confirmer le déclenchement du saut hyperspatial.
    - Tiens, Rabat-joie, tu nous manquais, dit Djoni.
    - Mon nom est Ikselle.»
    Ikselle était l'ordinateur de bord du Sigma Fox Shippyards Alpha-Class Shuttle Millenium Air Wing Falcon Omega III, et il faut bien avouer que ça collait pas trop entre elle (la voix était plutôt féminine) et Djoni.
    «Eh, commencez pas tous les deux ! gronda Hildegonde. Ikselle, bascule-nous en hyperespace s'il-te-plaît !
    - Veuillez entrer les coordonnées de destination. Le temps de calcul de la trajectoire hyperspatiale avec une marge d'erreur de moins de un-pour-dix-mille prendra approximativement trois-heure-quaran...
    - MAINTENANT !» rugit Hildegonde qui, pour une fois, se fichait pas mal du calcul.

    Oui, parce qu'il faut bien comprendre que l'hyperespace, c'est pas si simple. C'est un tas de calculs complexes que seul un ordinateur de classe 7 ou plus peut réaliser. Plus le calcul est précis, moins on a de chances de se retrouver au coeur d'une supernova, ou au beau milieu d'un champ de météorites.
    «Hyperespace programmé, destination aléatoire, cinq... quatre... trois... deux... un... hypereessspaaaaceeuuuuuuu. »
    Ah, un saut en hyperespace, ça vous déforme pas mal la voix.
    Et, hum, comment dire, les chairs aussi.
    Ils n'étaient pas très beau à voir nos héros (oui, c'est plus nos amis maintenant, c'est nos héros. Et alors ? ... VLAM !).
    Enfin sauf Hildegonde. Marrant comme l'hyperespace, ça l'arrangeait presque. Par contre, le Youki, déjà, nature, on avait du mal à le fixer plus de trois secondes (surtout si on se trouve à portée de baffe, d'ailleurs), alors un Youki en hyperespace, je vous passe le tableau.

    Toujours est-il que nos appelez-les-comme-vous-voudrez étaient sauvés. De la police impériale tout du moins...

    Pendant ce temps là (cf. épisode faure pour les considérations spatio-temporelles), Zorg avait terminé sa réflexion. Et comme à chaque fois, il avait un plan.
    Il appuya sur un bouton de l'interphone posé sur son bureau et s'adressa à sa secrétaire, Mismo Népéni.
    «Mismo, convoquez immédiatement le Ministre de la Diplomatie dans mon bureau.
    - Mais c'est qu'il est sur Alpha du Centaure, à quatre mille années-lumière d'ici !
    - Et alors, les téléporteurs, c'est fait pour les cynoïdes ? Je veux qu'il soit ici dans dix minutes.»
    Sept minutes trente-trois plus tard, on frappait à la porte de Zorg.
    «Entrez», dit-il.
    La porte s'ouvrit et Hiz Heuntbade, le Ministre de la Diplomatie, fit son apparition.

    Ministre de la Diplomatie, dans l'empire, c'est la bonne planque. En effet, on a rarement recours à ce moyen pour résoudre les problèmes. C'est pas comme le Ministre Des Armées qui ne compte plus ses heures. Non, Ministre de la Diplomatie, c'est voyages, temps libre, la glande quoi ! Du coup, Hiz Heuntbad se demandait bien ce que lui voulait Zorg.
    «Votre Excellence m'a fait demander, dit-il sur son ton de lèche-cul qui était pour beaucoup dans sa carrière.
    - Oui, j'ai besoin de vous pour une mission de la plus haute importance. Afin de nous permettre de localiser les rebelles, nous allons demander l'aide des contrebandiers. En échange, nous serons un peu plus tolérants sur leurs activités. Enfin dans un premier temps. Vous allez donc vous rendre sur leur base Kline Town 4 pour rencontrer leurs responsables.
    - Mais, votre Excellence, personne ne sait où se trouve Kline Town 4, comment vais-je...»
    Hiz Heuntbade s'arrêta en plein milieu de sa phrase quand il prit conscience que Zorg lui faisait un de ses toisages préférés, le toisage de celui-qui-sait-et-qui-sait-que-l'autre-ne-sait-pas.
    «Il est des choses qu'il vaut mieux que vous ignoriez. Vous serez conduit sur place par des membres de ma garde personnelle. Attention, cette mission est top-secret. La moindre fuite, et je vous nomme Ambassadeur sur Pluton ! Vous pouvez disposer.»
    Une fois Hiz Heuntbade parti, Zorg se laissa aller à un rictus, ce qui en disait long sur son état de satisfaction. Les contrebandiers étaient présents dans toute la galaxie. Ils devaient pouvoir repérer les rebelles.

    La sortie de l'hyperespace se passa sans problème, sauf bien sûr qu'Hildegonde retrouva sa forme originale (et originale aussi).
    «On est sauvés ! s'exclama Hildegonde.
    - wwwwwarouuUUUOOOouuurgh (*on est paumés*)», s'exclama Cheequetabah.

    Effectivement, aucune étoile familière ne semblait être à proximité.
    «On n'a qu'à leur demander où on est, dit Djoni en pointant du doigt le cadran du radar sur lequel cinq gros points rouges se déplaçaient vers le centre.
    - Cinq vaisseaux non identifiés en approche, dit la voix d'Ikselle. Leur signature thermique n'est pas référencée dans le fichier des immatriculations spatiales.
    - Ça signifie que ce sont soit des contrebandiers, soit des rebelles», déclara Klinty qui était resté étrangement silencieux jusque là.

    Au fond de lui même, Djoni espérait bien qu'il s'agissait de contrebandiers, car son rêve était de devenir le plus grand d'entre eux.
    Au fond de lui même, Klinty espérait bien qu'il s'agissait de rebelles, pour des raisons personnelles.
    Au fond de lui même, Cheequetabah se fichait éperdument de qui ça pouvait être, du moment que ça sentait la baston.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hugo 13/10/2006 18:54

Djac : oui, le film rend pas mal l'atmosphère du livre. Mais le style de Douglas Adams est tellement... disons... spécial. Je vous le conseille vraiment, ça va vous plaire ! 

Djac Baweur 13/10/2006 18:06

>rififi : non mais alors vraiment, qu'est-ce que c'est que ces réactions ? Mais c'est d'un gamin, mais d'un gamin...
;op

>Anna : dis-donc, de quoi j'me mêle ? Décourage pas mes commentateuses, zut, quoi ! ;o)

>Hugo : j'ai vu le film, du guide du routard galactique : merveilleux !
Haaa les pensées du cachalot pendant sa chute..; :oD

Anna 13/10/2006 16:01

Rififi : quand on boude quelqu'un il est conseillé d'arrêter de commenter sur son blog. Enfin, ce que j'en dis... ;-)

rififi 13/10/2006 15:54

mais tu participes, c'est ENOOOOORME !! :-D
et pis d'abord, je le boude, Na !  ;-)

Anna 13/10/2006 15:47

Rififi : quand tu verras ce que j'ai écrit tu comprendras que le "demi" est justifié. C'est tout riquiqui, plus histoire de participer !

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)