Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 20:12
Mardi 18 novembre - 20h00
Salle Pleyel

Moussorgsky/Ravel : les Tableaux d'une exposition
Ravel/Constant : Gaspard de la nuit

Jean-Philippe Collard - piano
Laurent Petitgirard - direction

Session concert-éveil : dimanche 16 novembre à 10h45
(salle Pleyel)

Voilà un type de concert assez inédit, à ma connaissance : les Tableaux d'une exposition ainsi que Gaspard de la Nuit sont des œuvres qui ont été écrites et conçues à l'origine pour le piano, respectivement par Moussorgsky (compositeur russe, auteur du célèbre Boris Godounov et de la Nuit sur le Mont Chauve), et par Ravel (auteur du célébre Boléro de Mozart(1)). Ces deux œuvres ont été par la suite orchestrées, la première par Ravel (encore lui), la deuxième par Marius Constant (moins célèbre que Ravel, mais pas vraiment un manchot quand même).
 

Orchestrées, ça veut dire qu'on prend les notes de la partition de piano pour les distribuer à un orchestre au grand complet, sachant évidemment que d'une part, ça donne des possibilités de timbres et d'effets bien plus variés qu'au piano, mais que ça demande aussi pas mal de contraintes et de métier (ce qui est possible au piano ne l'est pas forcément facilement pour certains instruments de l'orchestre, par exemple - et puis, il faut réussir à rendre l'esprit de la pièce, pas mettre du trombone pour jouer une berceuse, voyez).

La particularité de ce concert en particulier, réside dans le fait qu'on va jouer un à un les mouvements de ces œuvres en alternance au piano, puis à l'orchestre. Pour nous (et surtout pour le pianiste, mais c'est un Maître) ça va pas être simple, en particulier pour la concentration, mais pour les auditeurs, ça devrait être passionnant.

À noter qu'on est censé travailler aussi le concerto pour piano en sol de Ravel (toujours lui), pour finalement réunir piano et orchestre, mais je n'ai pas encore saisi si on le joue au concert proprement dit ou seulement un bout au concert-éveil, parce que ce n'est annoncé nul part sur les programmes... Hahem...

Quoi qu'il en soit, c'est pas du programme intelligent ça, en plus de proposer de la musique somptueuse ?




(1)Pardon, je m'embrouille : c'est le Boléro de Ravel, bien entendu. Non, Mozart, lui, a écrit le Requiem de Fauré. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Djac Baweur 02/12/2008 14:33

>Tydom : "C'est sympa d'essayer des choses qui s'éloignent du concert traditionnel rigide"
je suis ô combien d'accord avec toi. Et le jour béni où on ôtera les queues de pies et chemises blanches... haaa...
(je ne connais pas Ivo Pogorelich, honte sur moi)

>Aya : Arf, dommage, oui, c'était un très beau concert. Le gibet rend pas mal, mais plus lentement... :o)
>Jean-Ollivier : il me semble que vous décrivez là une disposition traditionnelle de fosse d'orchestre, différente de la disposition symphonique habituelle, par manque de place : les violoncelles à droite du chef ne pourrait pas jouer, plauqés qu'il seraient contre la paroi de la fosse (ils ne pourraient pas pousser l'archet). Alors, il faut ruser...
En plus, à Garnier, c'est assez exigu. En ce moment, pour Raymonda, je me trouve à 30 cm du second basson sur ma droite, devant la caisse claire et à gauche des cors... ;o)

Jean-ollivier 29/11/2008 10:40

Entendu hier Fidelio à l'Opéra. J'ai été frappé par la disposition des cordes (à l'allemande?) violoncelles et contrebasses derrière les violons à main gauche du chef, les bois au centre et les altos à côté des cors et des timbales, (si j'ai bien vu). Le résultat acoustiquement est frappant, on entend énormément les cordes graves, mais qu'est-ce que les musiciens d'orchestre en pensent ?

Aya 23/11/2008 01:46

Un peu dégoûté de ne pas avoir pu  assister :(

C'etait bien alors? le gibet rend bien en version orchestre?
Je suis dingue de la version piano en fait, d'ailleurs si quelqu'un aurait un audio ou video sur le net d'une version pas piano, je suis preneur..

Tydom 21/11/2008 19:49

Super intéressant ce concert! C'est sympa d'essayer des choses qui s'éloignent du concert traditionnel rigide.
Comme pas mal de monde je suppose, j'ai découvert les tabelaux d'une exposition dans la version orchestrée. A noël dernier on m'a offert la version originale par Ivo Pogorelich, et ça a été le coup de coeur. Je suis pas très fan de piano, donc j'ai peu de points de comparaison mais je n'avais jamais entendu un tel toucher, avec autant de nuances et de phrasé, dans un récital pour piano. C'est vraiment intéressant d'écouter une des deux oeuvres en ayant l'autre dans l'oreille.

Djac Baweur 19/11/2008 09:56

Ha, je ne savais pas qu'Horowitz avait pu être poudre aux yeux.Évidemment, s'il s'agit de pallier à une impossibilité économique d'avoir un orchestre, il serait idiot de ne pas faire profiter des gens de musique sous des prétextes de puristes, je suis bien d'accord !Mais, après, dans l'absolu, voyez, tout ça tout ça... ;o)Chostakovitch, je n'en ai travaillé que le premier mouvement, et il y longtemps, et les Hindemith (avec piano, y'en a plusieurs, trois en fait) ça fait un moment aussi, donc, c'est pas pour demain... D'autant que je vous cache pas que je préférerais venir d'abord en quatuor, voyez, avant d'être plus au devant de la scène - c'est un problème, la confiance, chez un musicien... Mais je retiens !

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)