Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 13:54
(munissez-vous d'un casque !)

À l'instar de la mafia, les instruments ont le sens de la famille. 


Depuis que les voix, au fur et à mesure de la Renaissance, ont pris les dénomination de : soprano, alto, ténor, basse (de l'aigu au grave), les instruments se sont conformés par analogie à cette présentation, et puis comme ça on se sent moins seul autour du feu lors des longues soirées d'hiver - encore que ça dépend des familles et des ses membres, certains sont vraiment pénibles.
 

Ténor, ça vient de la teneur grégorienne, la voix qui tient le cantus firmus dans une polyphonie du moyen-âge ou de la Renaissance ; cantus firmus, c'est-à-dire la mélodie grégorienne autour de laquelle est ancré tout le reste de la composition polyphonique à ces époques-ci.

Le contratenor bassus et contratenor altus sont les voix qui étaient écrites avant l'apparition du superius ; ce sont des voix qui, comme leur nom l'indique, viennent contre la teneur, en bas et en haut, c'est-à-dire que l'effet de la polyphonie fait que ces voix chantées en même temps que la teneur semblent s'y confronter. N'oubliez pas qu'à l'époque, on était habitué depuis des siècles à écouter un gars chanter tout seul, tranquillou, ou alors tout le monde en même temps la même mélodie, sans types agaçants à côté qui viennent vous déranger avec une autre partie qui fait autre chose, je vous demande un peu. D'où, fatalement, cette idée de confrontation (toute relative) entre les voix.

Et on va donc obtenir, à terme, la bassus, ou basse, et le contralto (qui passera aux voix de femme graves), puis alto par contraction.

Par la suite, on ajoutera à la polyphonie une voix supérieure, le supérius, qui va donner sans surprise le soprano, l'italien passant par là.


Comme l'essence même de la polyphonie a résidé dans cette organisation des voix en quatuor, bon ben du coup, on change pas une équipe qui gagne, on a calqué les instruments sur cette disposition.

- Les violes et violon

Dans la famille de viole, c'est le bordel, avec des tas de petits cousins, d'arrière-grand tante, et même des voisins qui s'incrustent. Mais en gros, en pratique, on avait bien des violes soprano, alto, ténor, basse, et des contrebasses de viole (ou violone). 

Même si on trouve des genres aussi variés que des viola da spalla, des viola pomposa, des viola da braccia, viola da gamba, viola bastrada, viole d'amour, des haute-contre de viole, du quinton, des tailles de viole...

Par contre, la viole du Bourdon, la viole et le Duc, la viole Ètnozière, la viole Teface ou la viole Ume du Cube ne sont que pures affabulations, qu'on se le dise.


Un exemple d'ensemble de violes :




Quand la famille du violon a commencé à s'imposer, la terminologie s'est bordelisé quelque chose de bien, et apparemment la confusion a régné pendant un certain temps.

cordes.jpg


En effet, le violoncelle possède en fait une très grande étendue qui lui procure un registre à la fois de basse et de ténor ; le violon peut aller bien plus aigu qu'une viole, du coup ça remonte la possibilité du soprano. Ainsi, bon an mal an, ça a finit par aboutir au quatuor qu'on connait : violon 1, violon 2, alto (le mal nommé...), violoncelle, et contrebasse (qui descend en fait plus directement des violes). Notez qu'en orchestre, on parle du quatuor alors qu'il y a cinq parties avec la contrebasse, cela vient du fait, je pense, que très souvent dans le musique du XVIIIème siècle la contrebasse joue simplement la même partie que le violoncelle à l'octave en-dessous, le terme étant resté depuis lors.


Le 4ème mouvement du 4ème quatuor de Bartok par l'Amadeus Quartet, avec rien que des pizzicati :




Le 3ème mouvement de la sonate de Kodaly (prononcer "kodaille") pour violoncelle seul par l'immense maître Janos Starker :




Et vive la contrebasse (finale du quatuor n°5 pour quatuor de contrebasses de Boguslaw Furtok) :




Évoquons l'octobasse, contrebasse géante :
220px-Octobasse.jpg














et la pochette, violon minuscule tout meugnon qui pourrait tenir dans la main (et qui servait à jouer des airs de danses au XVII et XVIIIème) : 

pochette.jpg 

- Flûtes


La flûte est le soprano de la famille ; en dessous, il existe la flûte alto ou flûte en sol, un peu plus grande et aux sons graves délicieusement veloutés, la flûte ténor, la flûte basse, la flûte contrebasse, la flûte octobasse (écouter ici) et même la flûte double octobasse, sorte de tuyauterie improbable qu'on pourrait s'attendre à voir dans un film genre Brazil.

1181388478.jpg

 

La flûte basse, ça move, ça groove, c'est du fun :




La flûte octobasse aussi, du reste :




Quant aux flûtes à bec, la famille est foisonnante, bigarrée, voire gigantesque, mot qui prend tout son sensKYNSEKER-4607.JPG quand on voit en vrai de ses yeux une flûte à bec contrebasse.

Si.

Une flûte à bec.

Contrebasse.

Un immense tuyau en bois - magnifique au demeurant. On pourrait croire à un deedgeridoo géant, mais non, c'est une flûte à bec contrebasse, quelque chose comme plus de 2m de haut.

Je donnerais de nombreux pots de Nutella pour avoir le privilège de souffler dedans.

 





Un petit mot sur la dénomination flûte en sol.

Je sens que ça va vous plaire.

Vous avez aimé les modes ? Vous adorerez les instruments transpositeurs (non, pas d'article à suivre sur le mimosa ou les géraniums cette fois, tant pis pour vous).


Cette particule de en sol signifie que c'est un instrument transpositeur.

Ce mot de transpositeur signifie que c'est un sacré bordel.

Le but du jeu est qu'un même instrumentiste puisse passer le plus facilement possible d'un instrument à l'autre (de la même famille, s'entend), en particulier sans se poser de questions de doigté. En effet, pour effectuer telle ou telle note, il faut boucher tels ou tels trous(1). Par conséquent, il est pratique de pouvoir passer d'une flûte normale à une flûte en sol en faisant les mêmes doigtés, c'est-à-dire que quand l'instrumentiste lit un do sur la partition, il se pose pas de question et fait le doigté de do, quel que soit l'instrument ; de cette manière, il n'a pas à apprendre deux doigtés différents pour une même note écrite, il garde ses réflexes.

Ha oui mais vous me direz, puisque c'est pas le même instrument, que la flûte en sol, par exemple, est plus grave, si le gars il fait le même doigté, ben ça va pas être la même note qui sort , puisque le tuyau est plus long ?

Hé ben voilà, c'est ça un instrument transpositeur : sur la flûte normale, pour continuer sur cet exemple, vous voyez écrit do sur la partition, vous faites le doigté de do, et on entend un do, tout est normal, pas de problème. Puis vous choppez votre flûte en sol, vous voyez écrit do sur la partition, vous faites le doigté du do comme vous avez appris sur la flûte normale, mais cette fois, tadaaaam, on entend un sol.

D'où le nom de flûte en sol. CQFD.


C'est un sacré casse-tête pour les compositeurs, car du coup il faut écrire la partition de la flûte en sol de manière à ce que l'instrumentiste joue les doigtés dont il a l'habitude, mais qu'on entende les bonnes notes qu'il faut. Et aussi un sacré casse-tête pour les chef d'orchestre, qui doivent tenir compte que ce qui est écrit sur la partition n'est pas forcément ce qui sonne réellement, il faut jongler pour bien avoir en tête qu'un do écrit pour une flûte en sol, ça donne sol en vrai (et par conséquent, et c'est là que ça devient follement amusant, un si écrit ça donne un fa#, etc...)

Par exemple, petit jeu : sachant que quand on joue un do sur une flûte en sol, on entend un sol, quelle note faut-il demander de jouer au flûtiste pour qu'on entende un do sur la flûte en sol ? Ha haaa, je vous sens fascinés !! (réponse : dans ce cas, il faut demander un fa, bien sûr - il y a une quarte descendante de distance).

Promis, on se fera des transpositeurs-party, on va s'amuser comme des petits fous.

 

N'oublions pas le piccolo, flûte minuscule à l'octave de la flûte normale, et qui rendrait fou furieux, bave aux lèvres, yeux injectés de sang et mains tremblantes, le plus impénétrable des moines boudhistes.

180px-Piccolo_flute2.jpg

 



(1) le premier qui fait la moindre allusion à propos de doigtés et de trous a perdu.
OK, j'ai perdu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LMC 30/12/2016 09:49

Encore une fois, c'est un article très technique et pourtant très drôle et léger que vous avez écrit là, merci beaucoup !

electricien paris 5 29/01/2015 18:03

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

crm tools 30/07/2014 15:11

When it comes from the Gregorian content, you need to consider so many aspects. This will obviously include the polyphonic composition. Anyway, I’m so glad to learn more about the effects of polyphony. Kindly update more details regarding the organization.

Klari 25/03/2008 19:06

>lebenoir : ha ben non, pas de sarcastisme de ma part, surtout le deuxième extrait, je trouve ça vraiment très bien pour de vrai aussi ! ;o)

lebenoir 23/03/2008 10:50

Djac,me trompais-je ou bien doit-on lire ton commentaire relatif aux exemples de flûtes basse et octobasse avec un ton sarcastique : groove, fonk, djeun's, fun'z, etc.?Moi je trouve ça vraiment marrant pour de vrai, premier degré, leur morceau

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)