Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 13:56

Il est conseillé de lire les épisodes précédents pour comprendre quelque chose à ce qui suit. Je sais bien qu'il y a un résumé juste au-dessous, mais enfin, bon, c'est pas pareil. Enfin, c'est vous qui voyez.


Résumé des épisodes précédents :

Alors en fait, Djoni il s'est déguisé, pour pouvoir chercher les prisons, et Zorg il se doute de quelque chose mais il sait pas encore et alors en fait c'est parce qu'il y a deux prisons, c'est pour ça, c'est pas les mêmes c'est ça le truc sinon vraiment on comprend rien, parce que c'est chiadé comme histoire, encore que l'auteur ne sait pas du tout ce qu'il va en faire de Zorguinette, mais bon, et donc alors Djoni pour trouver les prisons il faut qu'il trouve quelqu'un qui sache où c'est parce que c'est grand le vaisseau chaipasquoi impérial, enfin, je dis Djoni, mais en fait c'est aussi Klinty et tous les autres, hein, mais c'est quand même Djoni qui a son nom dans le titre alors zut quoi, et alors Djoni il a rencontré Doll qui est très belle et qui est très agaçante, mais elle sait pas non plus où c'est en fait, et Djoni il est super amoureux maintenant, parce qu'il faut trouver le Département de Géographie ou un truc comme ça, parce que là ils peuvent savoir où c'est et tout, mais c'est pas la même prison que l'autre, en fait, c'est ça le truc principal, quand on a compris ça on a tout compris. Voilà.


Épisode fiftine


Pour Klinty, c'était l'enfer.


Il était censé être en mission de sauvetage, un truc dans la finesse, dans le discret, dans le feutré, en plein milieu de la forteresse de l'ennemi, une mission d'infiltration, tout dans le catimini et le tapinois. Un truc dans le genre grand félin dans la jungle, voyez, avec la malheureuse proie insouciante qui se doute pas du malheur qui va fondre sur elle, tout ça.

Et voilà qu'il fallait se coltiner un juke-box culturel femelle, c'était infernal. Ils avaient eu droit à une analyse freudienne de la dimension phallique du Minotaure, une discussion sur la structure des mythes de la grèce ancienne, puis, sans qu'il se rappelle de la manière dont ça avait enchaîné, c'était tombé sur les différents types de gardianne de taureau et les spécificités de la sauce, et enfin sur la migration des flamants roses, assorti de quelques remarques sur la vie sexuelle trépidante de ces volatiles. Infernal.

Par contre, c'était la première fois que Klinty sentait un tantinet de sympathie pour la sœur du débile, Hildegonde, qui semblait en effet être aussi excédée que lui, et qui ne paraissait garder à distance un hurlement hystérique délicatement accompagné de bave écumante qu'à la force d'un surmoi aussi diligent qu'efficace. Le fait que son débile de frère soit en complète admiration béate devant la créature qui semblait fabriquée de bakélite à force de couches de fond de teint n'améliorait certes pas l'état de la pression que devait contenir le surmoi en question.

Le seul avantage que Klinty avait trouvé à cette situation, c'est que quand ils croisaient des gardes impériaux, passés le bref froncement de sourcil constitutif du réflexe professionnel devant de nouveaux venus, dès que la créature blonde était aperçue, ceux-ci faisaient subtilement demi-tour, l'air de regarder ailleurs mine de rien, avec des choses urgentes à faire n'importe où, mais loin. C'était au moins ça de positif, mais Klinty trouvait le prix à payer pour cette sécurité assez impitoyable.



«Heuu, du sel ? Là, tout de suite, maintenant ? Okay, okay, je vais vous chercher ça...»

Le garde se retourna, et une fraction de seconde plus tard, il s'étalait par terre, la nuque brisée. Dans la seconde, son collègue devant la porte était foudroyé d'une décharge de laser.

Comme un chat, la Princesse Lycra lissa tranquillement ses cheveux noirs et luisants. Une étincelle cruelle et déterminée brillait ardemment dans son regard. Elle n'allait pas se rendre sans combattre, non mais alors zut quoi à la fin c'est vrai non mais ho dis-donc.

Et une petite voix dans sa tête, loin derrière les élans guerriers et vengeurs, disait : «haa, et si seulement Klinty pouvait me voir...»



«Bonjour jeunes gens ! Que puis-je pour votre service ?

- Heu, vous êtes ?

- Bryan Dufath, Chef du Département de Topographie du Navire Amiral, pour vous servir !

- Enchanté, je m'appelle Klinty Stewd, et j'ai besoin de savoir où se situent les prisons dans ce vaisseau.

- Les prisons ? Doll écarquillait ses grands yeux et battait des cils comme un papillon de nuit affolé par la lumière. Mais il n'était pas du tout question de cela ! Comment se fait-il que vous cherchiez les prisons, si vous êtes des gardes ? Qu'est-ce que c'est que cette embrouille !

- Comment ça, il y a un problème ? fit Bryan, sourcils froncés.

- Ouais, alors bon, dit Klinty, le truc c'est qu'au départ moi je vous aurais pas emmené avec nous, Doll, voyez, mais vous avez voulu vous incruster, dont tant pis, considérez-vous comme notre prisonnière, et désormais, FERMEZ-LA !

On entendit quelque chose comme un intense soupir de contentement, et on vit Hildegonde, menton levé, arborer un lumineux sourire en coin. Doll battait frénétiquement des cils, la bouche arrondi dans un «hooo» silencieux. Djoni, quant à lui, était outré, et se plaça devant Doll en remontant les épaules, mais il ne dit rien parce qu'il sentit que c'était pas trop trop le moment, et puis quoi, sa seule présence suffisait sûrement à marquer le coup et à bien faire comprendre que, attention, hein, fallait pas toucher à la charmante demoiselle car sinon il allait se fâcher tout rouge. Du coup, il redressa encore un peu les épaules et serra les mâchoires, pour que ce soit encore plus clair.

- Et quant à vous, Bryan, vous l'aurez compris, nous ne sommes pas vraiment des gardes impériaux, malgré notre accoutrement, nous sommes ici illégalement, et je me vois dans l'obligation de vous contraindre à nous donner le renseignement demandé, et dans la discrétion, sinon je devrais utiliser la violence, même si c'est un moyen que je désapprouve.

- HHhhhaaaaAAAAOOOUUUURRGHHhhh (*ouais, bonjour, je me présente, c'est moi, le moyen qu'on désapprouve*), dit Cheequetabah.

- Sachez, jeune homme, que cela ne me fait pas peur, je sais me battre, moi, j'ai fait la campagne de Pluton en 78, moi, jeune homme !

- Et si je vous confisque votre pipe ?

- Je cède devant la menace. Mais je tiens à ce qu'il soit bien spécifié que je réprouve. J'obtempère, mais je réprouve.

- Parfait, alors au boulot. Où sont ces satanés prisons ?»


Klinty avait fortement l'impression que ça ne gênait pas plus que ça Bryan d'être forcé d'utiliser le système informatique impressionnant qui encombrait son bureau. Celui-ci appuya sur un nombre considérable de boutons, faisant démarrer quantités de machines qui se mirent à bourdonner furieusement, et appela son assistant :

- Allez, hop hop hop, Arby, prépare du café, on va en avoir besoin ! C'est parti pour une géo-localisation de niveau 3 !

- Ouaiiis, trop classe, patron ! fit Arby.

Dans une frénésie quasi-hypnotique, Bryan se mit à pianoter sur trois clavier à la fois, scrutant tour à tour cinq écrans différents, qui affichaient des listings de chiffres et de lettres incompréhensibles, se succédant à des vitesses étourdissantes.

- Je vais commencer par lancer les routines de base, ça m'étonnerait que ça marche, mais on sait jamais, hein, des fois que ? Hop, un petit varIdent;{data}-getIdElement"prisons"Into{} pour commencer, ça fera pas de mal...

- Ouaiiis, trop classe, patron !

- Et après je lance les triangulations dichotomiales à boucles rétroactives, ha haa, là ça sera une autre paire de manche, parce que je pars de zéro, voyez, sans aucune indication, et bon alors quoi, ce café, ça vient ? Au fait, la fumée ne vous dérange pas ?»

Devant l'homme de l'Art, tous se firent silencieux et respectueux.

Même les petits yeux de Cheequetabah semblaient épris d'admiration craintive.


La princesse Lycra s'amusait comme une petite folle. Les gardes tombaient comme des mouches sur son passage, sans qu'ils ne se doutassent de quelque chose. Jusque là, elle avançait au hasard des couloirs, mais elle venait tout juste de se trouver un but. On allait bien rigoler. On allait bien voir qui c'est, la princesse Lycra. Bordel de merde.

Elle était tellement surexcitée qu'elle en pensait même des gros mots !



«Heuu, patron ?

- Ouiiiiii... ? répondit Zorg de sa voix doucereuse que tout être sain d'esprit vivant dans son entourage avait appris à craindre.

- Vous m'aviez demandé de vous signaler les trucs inhabituels...

- Héééé bien mais c'est exact, et donc... ?

- Hé bien il s'est passé un truc inhabituel...

- Ouiiiiii...

- Enfin, inhabituel, c'est pas grave non plus, mais comme ça faisait bien dix ans que c'était pas arrivé, j'ai pensé, en mon for intérieur, "tiens, ça a l'air inhabituel, puisque d'habitude ça n'a pas lieu", vous voyez ?

- Ouiiiiii...

- Et comme vous m'aviez dit, alors, je me suis dit, "tiens, il faudrait peut-être prévenir le patron, même si c'est pas grave", je me suis dit, "parce que ça a l'air inhabituel, comme qui dirait", je me suis dit...

- Ouiiiii...

- Parce que comme disait ma mamie, hein, "on est jamais trop prudent", qu'elle disait ma mamie, parce que c'était une chouette mamie, elle faisait les confitures de mûres comme pas deux, haa, vous auriez goûté ça, patron, vous n'auriez pas pu manger d'autres confitures, ça je vous assure, et j'adorais aller chez elle en vacances, mais alors, vous savez ce que c'est, comment sont les mômes, hein, j'arrêtais de faire des bêtises pour la faire tourner en bourrique, je me rappelle la fois où...

- On abrège, on abrège ! Et vous me rappellerez de vous mutez au local à poubelles, à l'occasion !

- Heuuu, hahem, hé beeeen, c'est le Département de Topographie, patron...

- Le... quoi ? C'est quoi ce truc ? Ça existe ?

- Heuu, oui patron, c'est un truc pour trouver des lieux qu'on sait pas où c'est dans le vaisseau, rapport que c'est grand et que personne comprend rien aux plans, tout ça...

- Ha ? Hé bien, on en apprend tous les jours. Et donc, il a quoi, ce Département de Topotruc, là ?

- Ben il s'est remis en service pour effectuer une recherche...

- Ha ?

- Et ça arrive jamais, en général, personne ne va rien leur demander, aux gars de la Topographie... Qu'est-ce que vous en pensez ?

- J'en pense d'abord qu'on paie des gars à rien foutre depuis des années, et qu'il va falloir que ça cesse. Et j'en pense que c'est bien ce que je pensais... Il y a quelque chose qui se trame !
Envoyez immédiatement un détachement au Département de Photographie !

- Topographie !

- De Topographie ! Et que ça saute !

- Bien, patron ! Et, heuu, pour le local à poubelles, patron ?»

Zorg mit fin à la conversation. Zorg regarda au loin. En vrai, il regardait deux mètres plus loin la cloison de son bureau, mais métaphoriquement parlant, c'était comme de regarder au loin. Il était totalement surexcité, c'est-à-dire qu'il battit des paupières deux fois au lieu d'une, et que ses battements cardiaques augmentèrent de deux ou trois par minutes. Il y avait bel et bien un truc qui clochait, son instinct ne l'avait pas trompé. Son instinct ne le trompait jamais. Restait à savoir s'il avait détecté à temps le truc qui clochait, ou si c'était trop tard...



«Elle est belle hein ? dit Arby.

- Ouais ! répondit Djoni.

- Et alors, comme ça, c'est ta copine ?

- Naan, enfin pas encore, mais ça va se faire. Y'a des regards qui trompent pas, tu vois?

- Waaah, trop classe !

- Et en plus, elle sait des tas de trucs, elle est incroyable. Tu savais, toi, qu'il fallait plus de sept ingrédients pour faire la sauce d'une gardianne de taureau ?

- Waaaahh ! Trop fort !

- Ouais, hein ?»

Bryan, qui était resté silencieux jusqu'à maintenant, concentré qu'il était sur la mise au point de ce qu'il appelait un "Sumatra manuscrit" (ce qui ne faisait rire que lui), s'exclama soudain :

- Ha haaa, je crois que je vais bientôt en voir le bout ! Je peux déjà vous certifier que les prisons sont au niveau moins dix-huit ! Ça avance, ça avance !»

Aussitôt, Klinty, Hildegonde, Sarstky et Hutch s'approchèrent instinctivement des écrans.


Et ce fut à ce moment précis que le monde s'écroula.

Le vaisseau entier était relié par un système de communication d'urgence, de manière à ce que, en cas d'urgence, justement, le poste de commandement puisse joindre toute personne sur le vaisseau. C'est précisément ce système qui se mit en route, voix tonitruante et omniprésente, faisant résonner le moindre recoin du vaisseau :

«ALLO ! ALLO ! ICI, C'EST LA PRINCESSE LYCRA QUI VOUS PARLE ! J'AI PRIS POSSESSION DE CE VAISSEAU, CE QUI FAIT QUE MAINTENANT, JE FAIS CE QUE JE VEUX ! ET POUR COMMENCER, VOUS ALLEZ TOUS VIRER D'ICI, JE VEUX PLUS PERSONNE D'ICI VINGT MINUTES, HOP HOP HOP, ON SE BOUGE ON SE MOTIVE, DANS VINGT MINUTES JE SUIS SEULE DANS CE VAISSEAU SINON JE PULVÉRISE UN AUTRE VAISSEAU DE LA FLOTTE IMPÉRIALE, ET JE RIGOLE PAS ! »

Klinty et ses amis restèrent abasourdis et inerdits, sans même entendre Bryan, qui, indifférent, continuait tout seul :

- mmmh, ou alors c'est mon varId {ElemEnt"care";}" then{varData-Id°} qui ne fonctionne pas, je vais essayer avec un cl_1_1{}, ça ira mieux, sauf si ma boucle tourne à vide, et à ce moment-là...

Klinty cacha ses yeux avec sa main droite, en marmonnant :

- Non, mais quelle chieuse, mais quelle chieuse, MAIS QUELLE CHIEUSE !!»


Et la voix toute-puissante de rajouter alors :

«AU FAIT, J'OUBLIAIS : ZORG T'ES UNE PT'ITE BIIIT-HEU, ZORG T'ES UNE PT'ITE BIIIT-HEU !»

Suivi d'un petit rire de gorge absolument charmant.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Djac Baweur 16/01/2008 00:19

>rififi : hé ho, faut relire, hein, c'est comme Guerre et Paix, ou Plus belle la Vie, si on se souvient plus de bouts, c'est foutu !
Quant à Sam, je comprends ta légitime angoisse, mais il est là, avec les autres, tranquillou (relis l'épisode précédent, tiens). ;o)

rififi 15/01/2008 23:23

au fait....il est où Sam ??

rififi 15/01/2008 23:20

t'as raison, je comprends pu rin...mais c'est pas bin grave :-)))

Djac Baweur 15/01/2008 00:39

:o)

Anna 14/01/2008 22:41

Ah oui, je les trouve sympas, les petits gars du service topographie. :-)

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)