Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 17:43

Moi, ça a commencé par Piccolo, saxo et compagnie.


L'histoire de Piccolo, qui nous fait découvrir ses amis de l'orchestre.259558630-L-copie-1.jpg Et pis aussi, sur un autre disque, pour faire découvrir les balalaïkas, les maracas, les flûtes de pan, les sitars, et autres instruments du monde.

Alors Piccolo, saxo et compagnie, c'était du genre en boucle, voyez, «encore, encore», le vinyle qu'on grave une seconde fois, à force de passage sous le diamant, voyez. Enfin, c'est ce qu'on m'a raconté, moi j'étais trop petit pour m'en souvenir.


Et puis, bon, évidemment, dans le même temps, Pierre et le Loup, dans la version de Gérard Philippe, tellement écoutée que c'est pas possible, y'a pas moyen, toutes les autres versions que je peux entendre maintenant ne me satisfont pas («mais naaaan, là il dit pas grand-père comme il faut, c'est n'importe quoiiii, et pis le "attention !", il le fait pas bieeen !»).

2150-2.JPG


Après, vers les neuf ans en gros, il y a eu Bach.

Ouais, carrément. Autant ne pas faire les choses à moitié, hein, pas de demi-mesure. Donc paf : Johannes-Sebastien, Jojo-seb pour les intimes.

Je me rappelle, mes deux cassettes audios des variations Goldberg (par Gould, c'était l'époque), et des trois concertos pour violons (Anne-Sophie Mutter et Salvatore Accardo, probable que je choperais des boutons à l'écoute de cette version maintenant, les choses ont bien changées...).

Et je me souviens comment je mettais ma tête tout-près tout-près du lecteur à cassette, juste entre les deux haut-parleurs, qui (grandiose !) faisaient la stéréo, et je fermais les yeux.

Et après, je braillais du Bach à longueur de journée en construisant mes bases interstellaires et mes robots bioniques en légo.


Il y a eu aussi, en cassette, l'Arlésienne de Bizet, tube absolument redoutable, y réfléchir à deux fois avant de le faire écouter à un enfant, sous peine de scie épuisante et inépuisable.

Et puis la Jeune fille et la Mort, le quatuor de Schubert. Oui, à neuf ans, la Jeune fille et la Mort, bon ben ouais, voilà, chaipas, mais enfin, ça m'a pas trop traumatisé, non plus, hein.

(Ou alors...

Ou alors, si, ça viendrait de là, en faiiiit... Haaaa...)


Troisième grand étape, ado : la musique russe.

La musique russe à la fin du 19e et début du 20e siècle (comme beaucoup de musiques étrangères au consortium Allemagne-Italie) a ceci de particulier d'avoir cherché à se démarquer du style européen académique en faisant appel à des thèmes populaires, ce qui amène à "colorer" la tonalité par des modes inusités jusque-là, et à donner une pêche rythmique particulière.

Du coup, Une Nuit sur le Mont Chauve de Moussorgsky, ou La grand Pâque russe de Rimsky-Korsakov ont été des must dans mon histoire auditive et musicale, ou Les Danses Polovtisennes du Prince Igor de Borodine. (La grande Pâque russe, si vous trouvez, écoutez ça, ça déménage un max : je ne comprends pas, c'est jamais joué. C'est une sorte de poème symphonique, qui s'inspire de la liturgie orthodoxe - d'où la Pâque.)

J'ajoute les quatuors de Chostakovitch, qui, si j'ai un peu laissé tomber maintenant (ça lasse, je trouve, par manque de "matière"), m'ont vraiment nettoyé les oreilles au moment où ils sont tombés dedans.


Et puis, il y a eu la bombe Bartok, arrivée par les quatuors. J'y ai senti un monde, un univers, foisonnant, râpeux mais généreux, exigeant mais sensible, à la fois libre et cohérent, abondant et explorable à l'infini. Un monde à moi.

Qui met des notes sur mes mots.

Qui met des notes là où je n'ai pas de mots.


Et puis est aussi arrivé Debussy.

Debuss5.jpgBêtement : il s'agissait de choisir une œuvre pour mon mémoire d'analyse au conservatoire de Montpellier. Alors, bon, bien embêté, je ne sais même plus pourquoi j'ai choisi La Mer de Debussy : probablement parce qu'au fond, je ne comprenais pas grand'chose à cette musique que je n'avais écouté que d'une oreille, et qui me semblait fuyante, glissante, sans aspérité saisissable, et que c'était le moyen de se pencher dessus pour me rendre compte sur pièce.

Oui mais voilà : se retrouver avec la partition de La Mer, scrutée mesure par mesure, note à note, à la ré-écouter des dizaines de fois, passage par passage, c'est entrer en communion avec ce qu'il y a de plus génial en musique, avec ce que le sonore est capable de générer de plus incroyable, d'invraisemblable, de plus sensuel, d'intelligent, de merveilleux : d'inouï, au propre comme au figuré.


Cela dit, plus le temps passe et plus je me rend compte à quel point je préfère jouer la musique que l'écouter. Jouer soi-même est évidemment une place privilégiée pour découvrir les œuvres.

Écouter me laisse passif, et frustré de ne pas saisir les détails, de ne pas être en plein milieu. Me trouver face à un orchestre me donne une drôle d'impression : car ma place, c'est dedans... Un peu comme un chirurgien qui serait hospitalisé, un boulanger qui irait acheter du pain, un prof qui se retrouverait en cours, un policier qui irait déclarer le vol de son scooter...

D'autant que la place d'altiste est évidemment parfaite pour cela, puisque vous vous retrouvez au cœur de l'harmonie, à manier toutes ces notes qui ne s'entendent pas directement mais qui sont nécessaires à former la matière sonore en devenir. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Mozart himself préférait jouer à la place d'alto en quatuor, précisément pour être au milieu de la musique.


C'est pour cela que jouer la 2e symphonie de Brahms a été un remuage de tripes assez impressionnant (première œuvre jouée en orchestre à l'alto - ça le fait).

Jouer la 3e symphonie de Beethoven à été un choc tellurique. J'ai toujours, depuis, les poils qui se dressent, la gorge qui se serre, et la sensation de m'élever au dessus du sol, au même endroit de la partition, dans le deuxième mouvement, au point culminant, vous savez, là, mais si, quand ça fait taaa-tatataaaa-ta-ta-taaaa, lààà, mais siii, enfin voyoooons... (Bon, je vous ferai écouter si vous êtes sages).

Puis jouer la 1ère symphonie de Malher, une révélation, une fulgurance.


Et puis, enfin, j'ajouterais l'émotion la plus récente, ce concert de musique indienne.

Quand la musique devient un rituel sacré, que la moindre note, la note la plus humble, si intensément pure, presque douleureusement pure, vous connecte avec l'Univers entier sans que vous compreniez bien pourquoi, et que vous sortez de là en ayant l'impression étrange mais réelle que vous avez un peu mieux saisi ce qu'est l'être humain.


Voilà, en très résumé, les grandes étapes de mes découvertes et impressions sonores.

J'espère, évidemment, en découvrir encore, des merveilles.

Et  je me demandais, par curiosité : et vous ?


C'est marrant, mais les tubes de variété ou rock qu'on a adoré et qui ont accompagné nos années passées, on a aucun mal à les évoquer et les confronter à ceux des autres, avec à la fois nostalgie, dérision, et délice.

Mais les œuvres classiques qui ont pu nous marquer, on les garde plus secrètes, pudiquement, comme quelque chose d'intime et de profond, ou peut-être est-ce juste parce que cela ne participe pas, socialement, à un mouvement mis en valeur, je ne sais pas.


Alors, amateur(trice)s passioné(e)s, ou simples auditeur(trice)s à l'occasion, quels sont, pour vous, les chocs musicaux, les souvenirs de concerts inoubliables, les œuvres, ou les principaux compositeurs qui vous restent gravés, qui vous ont remués, qui vous ont marqués, et vous accompagnent ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ziman 07/06/2009 22:02

Pff, il ne vaut rien, cet article : il ne mentionne même pas que le dessin qui illustre la partition originelle de "La mer" est une gravure de Hokusaï qu'il a appelée "The Breaking Wave Off Kanagawa", et que cette estampe est l'une des 36 représentations du mont Fuji gravées par cet artiste vers 1830...

Il aurait aussi pu mentionner qu'en plus du mont Fuji qu'on voit bien dans le fond de la perspective, cette gravure montre 3 bateaux de pêche traditionnels et leur hommes d'équipage, ce qui est tout à fait exceptionnel dans l'art japonais de l'époque, qui ne représentait que les classes dirigeantes de la société...

[img]http://www.ibiblio.org/wm/paint/auth/hokusai/great-wave.jpg[/img]

Aucune culture ces altistes !

P.S. ne me cherchez pas, je suis déjà dehors...

Djac Baweur 29/11/2007 20:58

>Br'1 : ho là, oui, jamais entendu du Ligeti pour chœur en direct, ça doit être impressionnant en effet.
L'orchestre philarmonique national de Montebéliard : j'adore ! ;o)

>pierre : "ce blog m'a beaucoup aidé dans mes découvertes musicales, Debussy que je ne connaissait absolument pas il y a encore un an me parraît aujourd'hui totalement incontournable"

Hééééé ben alors là, ça me coupe le sifflet... Chaipas quoi dire...
J'aurais au moins pas perdu mon temps ! ;o)

>majorette : serais-je un ronchon ? Damned, tu me mets le doute... ;o)

majorette 29/11/2007 14:05

C'est super intéressant ce que tu dis Pierre, tous les ronchons qui dénigrent le hard-rock parce que ce n'est pas de la "vraie" musique devraient lire ce commentaire. Comme quoi rien n'est impossible.

pierre 29/11/2007 13:42

Pierre et le loup en effet ça c'est des souvenirs d'enfance... Inoubliables. De mon côté, le gout pour la musique classique ne m'est venu que recemment (j'ai 17 ans) j'ai chanté pendant presque 10 ans avec une chorale sur nancy (les petits chanteurs de sainte jeanne d'arc) et les oeuvres au répertoire étaient extrêmement variées, elles allaient de Haendel à Luly en passant par Poulenc... Donc j'ai eu l'occasion de bien m'impregner de la musique, cependant, ça restait accessoire pour moi. J'écoutait ça d'une oreille seulement et ça ne me "bouleversait" pas. Du côté des mes parents, ma mère écoutant radio nostalgie, j'avais le droit tous les jours à des sommets genre claude françois... qui me tennaient à des années lumière de la musique "interessante". C'est au début de mon adolescence, vers 13 ans que mes gouts se sont portés vers le rock. Je suis devenu totalement inconditionnel de Pink Floyd, de Rush, Deep Purple ou Led Zep..., puis depuis l'an dernier, mes gouts évoluent beaucoup. J'écoute beaucoup de métal, je suis fou du morceau The Odyssey de Symphony X et du groupe Dream Theater que je trouve extraordinaire. Et ces groupes ayant une musique plutôt complexe, j'ai commencé à m'interesser à la complexité de la musique, et écouter du classique. En ce moment, mes amours musicaux classiques sont du côté de Brahms, Liszt ou Chopin.Ce blog m'a beaucoup aidé dans mes découvertes musicales, Debussy que je ne connaissait absolument pas il y a encore un an me parraît aujourd'hui totalement incontournable. Bref, les gouts évoluent en permanence, et on va dire qu'internet m'a fait découvrir des choses extraordinaires.Donc voila merci Djac, tu participes tous les jours à mon éveil musical ! (j'espère que tu as jeté une oreille à Dream Theater depuis le temps !)

Br'1 29/11/2007 12:12

Moi aussi moi aussi je veux le dire: Piccolo et Saxo, et Pierre et le loup, mêmes interprétations indéboulonnables. D'ailleurs je les ai rachetés en CD pour mes enfants, et je ne manque pas de les écouter avec mes petits d'éveil musical à l'école de musique!Sinon eh bien ma mère était pianiste et mon père violoniste, du dimanche certes, mais peu importe. Alors: la Sonate le printemps (1er mouvement), et la 2ème Rhapsodie hongroise de Liszt., le Scherzo de Chopin, tellement entendus at home (les dimanche)Puis les découvertes perso sur le phono hérité de ma grande soeur: les danses hongroises de Brahms, les Polonaises de Chopin, et moi aussi la Jeune Fille et la Mort! (10-11 ans)Puis l'orchestre philarmonique de Montbéliard où j'ai fait mes premières armes dans les années 70: ça devait craindre, et alors? on était heureux! : la symphonie inachevée Schubert, Peer Gynt.Et France-Musique qui hurlait le double concerto de Brahms.sur fond d'aspirateur.Et plus tard le concerto en sol de Ravel (étudié pour le bac) et Bartok:  le divertimento pour cordes, percussions et célestat, avec de l'autre côté du vinyle la Nuit Transfigurée de Schoenberg.Et puis à la même époque: le choc d'un concert de choeur a capella avec du Ligeti, les Cries of London de Bério, les 5 Rechants d'Olivier Maessiaen, et du Poulenc. Je ne m'en suis jamais remise.

Carnet

 

Visiteurs
Dont en ce moment

 

Mon autre blog (projet BD)